mylovehair.com
Infos Mode

61.7 millions de dollars pour la 1ère vente dédiée à l’univers du luxe


Sotheby’s : 61.7 millions de dollars pour la 1ère vente dédiée à l'univers du luxe

164 000 dollars : c’est le prix moyen des lots vendus en ligne (et
uniquement en ligne ou au téléphone pour des raisons sanitaires) du
festival de ventes aux enchères, baptisé « Festival of Wonder », organisé
par Sotheby’s à Genève. Les ventes (sept au total) se sont étalées sur 10
jours et ont engrangé 61,7 millions de dollars. Ce montant remarquable
valide la pertinence de ce format innovant, qui mixe les produits de luxe,
toutes catégories confondues – maroquinerie, joaillerie, horlogerie, pierre
précieuse seule – et qui a attiré 800 enchérisseurs, provenant de 54 pays
différents.

Parmi les chiffres intéressants, il faut noter les pourcentages
suivants : 20 pour cent des acheteurs -certainement attirés par le format
hybride des ventes – participaient pour la première fois à une vente
Sotheby’s, 30 pour cent des participants avaient moins de 40 ans, et 40
pour cent des lots ont été vendus en ligne. Ce qui prouve bien que les
acheteurs ont de plus en plus confiance aux achats on line, même lorsque
les prix sont très élevés. Parmi les coups d’éclats de ces ventes,
figuraient pour une bonne part les garde-temps d’exception. Une Rolex «Paul
Newman Panda » Daytona, ref 6263 de 1970 s’est envolée pour 412 716
dollars, une montre de poche Patek Philippe de 1969 sur laquelle se détache
une composition en email décrivant le Mont Blanc réalisée par Suzanne Rohr
a été adjugé pour 364 565 dollars. La vente de sacs et d’accessoires – une
première pour Genève – a totalisé quant à elle 206 000 dollars.

« Nous nous sommes inspirés pour ce nouveau format de vente qui réunit
des catégories très différentes de produits, de la façon dont vivent nos
clients et de la manière dont ils achètent les produits de luxe, indique
Josh Pullan, directeur général de la division Luxe de Sotheby’s. La réponse
des clients a été extrêmement positive et les résultats parlent d’eux-mêmes
: Sotheby’s a dominé le marché du luxe à Genève cette saison. »
Effectivement, la maison de ventes aux enchères s’est particulièrement
illustrée cette année par sa capacité à conjuguer les multiples
possibilités du numérique avec les sessions physiques pour organiser des
présentations attrayantes à la fois pour un public local mais aussi pour
une audience plus internationale.

Un diamant rose d’origine russe vendu 26,6 millions de dollars

La star des ventes était un diamant rose provenant d’un gisement situé
dans la République de Sakha. Son poids – 14,83 carats, un poids
exceptionnel pour un diamant rose – et sa couleur vivace, un rose violacé,
ont affolé les acheteurs. En quelques minutes, la pierre taillée en forme
ovale a été vendue, au téléphone à un acheteur anonyme, pour 26,6 millions
de dollars. Soit 1,73 millions le carat. Un joli coup d’éclat pour
Sotheby’s qui avait joué à fond la carte de la provenance russe de la
pierre. La pierre avait été baptisée L’Esprit de la Rose en hommage au
ballet Le Spectre de la Rose, interprété par la compagnie des Ballets
Russes en 1911. Une performance contemporaine de ce ballet en un acte avait
été créé spécialement pour la vente. Carine Roitfeld en assurait la
direction artistique, rappelant généreusement au passage ses origines
russes. De quoi galvaniser l’amour propre des enchérisseurs éventuels et
s’insuffler un parfum de mode aux ventes de pierres, habituellement plus
austères. Un autre festival, du même format, sera organisé par Sotheby’s le
mois prochain, à New York cette fois ci.

Credit photo : Sotheby’s



Source link

Autres articles

à Lyon, les indépendants restent mobilisés

info mode

la mode française paniquée par la chute du marché américain

info mode

Le premier Birkin d’Hermès exposé au Victoria and Albert Museum de Londres

info mode

c’est peut-être un détail pour vous…

info mode

Bernard Arnault, insatiable empereur du luxe et croqueur de diamants

info mode

comment concevoir des produits durables?

info mode