mylovehair.com
Infos Mode

A la fashion week de Milan, le style BCBG se décline sur tous les tons


Par Valentin Pérez et Elvire von Bardeleben

Publié aujourd’hui à 12h38

Réputée pour tempérer ses élans créatifs avec un certain classicisme, la mode italienne revisite souvent le mythe de la bourgeoise, cet archétype mi-BCBG mi-explosif. Cette saison, présentée à la fashion week de Milan du 23 février au 1er mars, plusieurs griffes le manipule, dans des genres bien différents.

Fendi.

A commencer par Fendi, dont le défilé était sans conteste le plus attendu de la semaine. Mercredi 24 février, le nouveau directeur artistique Kim Jones faisait ses premiers pas en prêt-à-porter féminin, un mois après une tentative haute couture un peu disparate. Cette fois-ci, le designer a resserré son propos. Il a puisé dans les archives Fendi en s’attardant sur les années 1940 et n’a montré que des silhouettes monochromes, beiges, grises, blanches et noires. Le résultat donne lieu à une garde-robe incontestablement chic, faite de grands manteaux de fourrure ceinturés, de jupes crayons, de chemises en soie drapées, de robes-smokings pour les grands soirs.

Lire aussi Giorgio Armani : « Le défilé virtuel n’est pas l’avenir »

Dans cette ode au bon goût, il n’y a que l’usage du monogramme dessiné par Karl Lagerfeld (deux « f » inversés) dans les années 1980 qui dénote sur les collants, les bottes en cuir ou les doublures des vestes. Le retour à des canons de beauté classique vaut aussi pour la cabine : alors que ces dernières saisons, Silvia Venturini Fendi avait fait appel à des femmes plus âgées et plus en chair que la moyenne, Kim Jones a choisi de jeunes mannequins élancées pour incarner son idéal de luxe à la romaine.

Moschino.

Chez Moschino, Jeremy Scott traite la bourgeoise avec un peu plus d’humour. Il joue d’abord avec les codes classiques – collier de perles, tailleur, gants d’opéra, robe du soir – dans un pastiche de The Women de George Cukor (1939). Jusqu’à ce que son casting de mannequins stars (Joan Smalls, Amber Valletta…) révèle, sous la laque et les chapeaux, des personnalités plus troubles, en tenues bigarrées dans divers tableaux théâtraux (balade en prairie, visite au musée, safari). Dita von Teese ferme le bal dans ce même esprit double jeu. Elle avance souveraine, en fourreau rouge sang… avant de tourner les talons et de laisser le spectateur découvrir, au dos de la robe, un cœur ajouré stratégiquement placé au niveau de ses fesses nues.

Max Mara.

Habiller « les femmes de notaires et de docteurs », telle était l’intention d’Achille Maramotti quand il a fondé Max Mara en 1951. Soixante-dix ans plus tard, la marque s’adresse aux « notaires et docteurs femmes ». La laine beige signature de la maison est déclinée sous toutes ses formes, en manteau extra-long, en perfecto chic, en veste de costume masculine, en parka à poches plaquées… Pour compléter leur allure irréprochable, les élégantes actives peuvent compter sur des tailleurs à carreaux, des tartans graphiques, des pulls irlandais surdimensionnés et d’élégants jabots en organza.

Brunello Cucinelli.

De loin, les silhouettes de Brunello Cucinelli semblent plutôt tout terrain, assez confortables pour un quotidien sous Covid-19, assez élégantes pour se prêter à la vie active. De près, ce sont des merveilles de raffinement, construites dans des mailles précieuses tels que le cachemire double face, l’alpaga, ou les mohairs aussi légers que moelleux… Quoi de plus chic que le luxe discret ?

Lire aussi Fashion week : à Milan, l’optimisme est dans le vent



Source link

Autres articles

des négociations “le fusil sur la tempe”, dénoncent les syndicats

info mode

Finalistes envers et contre tout

info mode

c’est peut-être un détail pour vous…

info mode

Collecte de la dernière chance pour sauver l’unique atelier-musée de l’éventail

info mode

En Arabie saoudite, un défilé de mode “chic” et très pudique

info mode

Milan révèle le programme de sa Fashion Week en ligne

info mode