mylovehair.com
Infos Mode

Barbara Blanchard, une cheffe d’entreprises inclusives


Barbara Blanchard, en août 2020.

Cela faisait un bon moment déjà que Barbara Blanchard cherchait à donner une autre dimension au métier de directrice de casting qu’elle pratique depuis bientôt trente ans. Au fil de ces années à choisir et à proposer des mannequins pour des campagnes de pub, des shootings pour les magazines ou pour des défilés (notamment pour Xuly. Bët dans les années 1990 et plus récemment Prada, Celine, Victoria Beckham, Kitsuné, Issey Miyake ou Maison Rabih Kayrouz), elle s’est beaucoup interrogée sur la représentation des corps et des visages. Sur l’image et l’imaginaire qu’ils véhiculent, mais aussi sur ce qu’ils révèlent plus profondément des marques qui les mettent en avant.

Pour que cette réflexion bénéficie concrètement à son activité, elle a repris des études entre 2017 et 2019. Deux ans à bûcher à l’Institut français de la mode, à Paris, pour obtenir un MBA, dont le but est de former les futurs manageurs du luxe. Le sujet du mémoire de fin d’études qu’elle a décidé d’écrire avec une autre élève, Momy Seck ? « La diversité et l’inclusion dans les industries créatives et de mode ». On ne peut plus d’actualité. Et qui fait écho à une histoire personnelle multiculturelle, à la fois en métropole et aux Antilles. « On trouve un peu toutes les couleurs et toutes les origines sociales dans ma famille », dit-elle, soulignant la binarité de ses origines. « J’ai grandi entre métropole et outre-mer, entre classe ouvrière et classe moyenne lettrée, entre terroir et insularité. »

Déesse grecque du courage

En juin 2019, Barbara Blanchard a décidé de lancer, avec Claire Allard et Laura Marcora, une marque de vêtements de foot féminin, qui s’appelle Alké, comme la déesse grecque du courage et de la prouesse. Les trois associées se sont demandé : ça veut dire quoi être une femme dans le sport ? Une sportive dans les pays du Nord et dans ceux du Sud ? Comment donner l’accès aux loisirs, partout ? A toutes ? Lutter contre les préjugés sexistes et garantir aux femmes le droit de jouer, sur tous les continents, quel que soit leur âge ?

Deux jeunes filles portant des tenues de la marque de foot Alké, que Barbara Blanchard a lancée l’an dernier.

Le confinement est arrivé, mais il ne les a pas empêchées de continuer à chercher des réponses et développer la marque. La deuxième collection d’Alké sera commercialisée sur l’e-shop alkesoccer.com en octobre. En ligne de mire, aussi, une participation à Octobre rose en faveur du dépistage du cancer du sein et une proposition « lifestyle », hors terrain, pour habiller les joueuses en première division quand elles ne jouent pas (vu que, sur la pelouse, les sponsors ne manquent pas…).

Il vous reste 65.79% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.



Source link

Autres articles

LVMH aurait espionné François Ruffin durant trois ans grâce à l’ancien patron des renseignements

info mode

Le PDG de SoftBank Group quitte le conseil d’administration d’Alibaba

info mode

le souk de l’or de Dubaï brille à nouveau

info mode

H&M rompt avec un fournisseur chinois en raison d’accusations “travail forcé” de Ouïghours

info mode

David Casavant ou l’habilleur de stars

info mode

les cours Instagram de l’influenceuse Alice Cat

info mode