mylovehair.com
Infos Mode

Comment la transformation digitale aide L’Oréal à faire des merveilles


Une métamorphose de l’industrie de la beauté

Selon Cristina Monnoyeur, les consommateurs ont davantage changé au cours des cinq dernières années que lors des trente précédentes. « Ils sont beaucoup plus soucieux de l’environnement, veulent plus de transparence, et souhaitent avoir accès à tout, tout le temps et partout », précise-t-elle.

Le Groupe a pris en compte ces changements : « Nous devons accélérer le développement de nos produits et être beaucoup plus agiles en matière de fabrication et de distribution. Nous devons aussi nous assurer d’exploiter au mieux les données dont nous disposons pour développer des innovations et une expérience beauté de plus en plus personnalisée. »

 De l’importance de l’agilité

Grâce à la transformation digitale, nous avons été en mesure d’accroître notre agilité pour répondre aux besoins croissants d’innovation et de personnalisation des consommateurs. Nous avons d’ailleurs un objectif ambitieux en la matière : réduire au maximum nos délais de mise sur le marché, pour les faire passer de 18 à 6 mois. Cela signifie que toute la chaîne de production, du prototypage à la fabrication, doit devenir plus agile. Et le tout, sans impacter la qualité ou la sécurité des produits.

« Nous utilisons désormais l’impression 3D pour produire rapidement des prototypes. Cette technique est utilisée aussi bien pour créer des packagings que des pièces détachées pour les usines », explique-t-elle. Côté fabrication, nous avons mis en place des lignes de production agiles qui permettent aux usines de passer d’une production à une autre en moins de 20 minutes – un processus qui pouvait prendre plus de quatre heures précédemment !

Quand digitalisation rime avec personnalisation

Afin d’exploiter au mieux ces nouvelles méthodes agiles et offrir à nos consommateurs les produits les plus personnalisés, nous avons aussi besoin de savoir ce qu’ils cherchent. Et pour cela, les données sont essentielles. Transformer ces données en informations pertinentes est la clé du succès. Pour faire de L’Oréal une entreprise véritablement « data-driven », nous travaillons à la fois sur nos opérations, nos infrastructures et notre organisation. Ainsi, nous sommes aujourd’hui en mesure d’offrir à nos clients à la fois des services et des publicités personnalisés, mais aussi de nouveaux produits comme le fond de teint sur-mesure.

 My Little Factory est un exemple emblématique de ces innovations fondées sur la personnalisation et la « data ». Cette ingénieuse mini-usine, présentée lors du salon VivaTech 2019, produit des fonds de teint personnalisés grâce à l’automatisation, la vision par ordinateur, les robots collaboratifs et l’intelligence artificielle. Et ce n’est qu’un début.

 Un avenir prometteur

L’écosystème digital favorise la collaboration et l’innovation. Les usines deviennent plus automatisées, ce qui permet aux équipes de se concentrer sur l’innovation et la réinvention de notre business. La transformation digitale nécessite non seulement de repenser les processus en usine, mais aussi la relation entre nos équipes, nos fournisseurs et nos clients. Nous devons entretenir des liens étroits pour créer davantage de proximité avec nos consommateurs et leur donner un meilleur aperçu des ingrédients utilisés dans nos produits.

« L’industrie de demain est le fruit d’une alliance de nouvelles technologies et d’expertise métier, qui permettra de créer des produits personnalisés grâce à une combinaison de lignes de production agiles et traditionnelles. Elle s’appuiera sur des normes élevées de qualité, de sécurité et de compétitivité », souligne-t-elle.

Mais Cristina Monnoyeur voit plus loin : blockchain, internet des objets et intelligence artificielle vont également marquer de leur empreinte les processus et la communication du Groupe L’Oréal : « Ces innovations, centrées sur l’humain, nous aideront non seulement à mieux répondre aux besoins de nos clients, mais aussi à rendre la vie de nos collaborateurs plus facile. »



Source link

Autres articles

Milan révèle le programme de sa Fashion Week en ligne

info mode

Bercy veut convaincre les entreprises de fournir des masques lavables aux salariés

info mode

A fish named Fred collection SS21

info mode