mylovehair.com
Infos Mode

David Casavant ou l’habilleur de stars


David Casavant chez lui, à New York, le 16 juin.

Dans le deux-pièces de Manhattan aux murs blancs, une succession de portants et de cintres. Ni housse ni boîte anti-acidité, les protections minimales que les collectionneurs de mode affectionnent d’ordinaire. Accessoires et chaussures s’entassent sur des étagères.

Il faut dire que David Casavant, 30 ans, ne possède ni tailleurs éblouissants ni robes du XXsiècle, ni haute couture récente, mais des costumes en laine, des pantalons en cuir, des chemises blanches ou colorées, des tee-shirts, des jeans déchirés, des bottines et des baskets, des sous-vêtements, des bijoux, des gants, des ceintures… Bref, « tout simplement ce qu’on porte aujourd’hui », résume le maître des lieux.

Le déluge de pièces – « entre 3 000 et 6 000 », estime-t-il – est classé par type de vêtements. Pratique pour que les visiteurs s’y retrouvent et mettent la main facilement sur ce qu’ils recherchent. Car Casavant est un collectionneur à part, qui partage ses trésors. « Je ne fais pas de la préservation », dit-il tout de go.

Mais son antre est une mine d’or pour toute une faune de la mode : les stylistes qui y dénichent des vêtements vintage pour habiller les mannequins dans les séries des magazines tout comme les célébrités qui veulent parader dans des collections passées, depuis que porter de la seconde main est devenu tendance sur les tapis rouges ou dans les clips.

« Au début, je ne demandais pas d’argent, seulement d’être crédité dans les magazines. » David Casavant

Après avoir grandi dans le Tennessee et à Atlanta, étudié à la Central Saint Martins School de Londres, Casavant a commencé sa carrière comme assistant auprès de Carine Roitfeld, styliste française superstar, ex-rédactrice en chef de Vogue Paris, qui, en 2012, a lancé son magazine, CR Fashion Book. « Les débuts du titre ont été un bordel pas possible, rigole-t-il. Mais, avec elle, tout devient génial. »

Chaque jour, il débarque sur les shootings avec une nouvelle veste, une nouvelle « archive », comme il dit, tirée de sa collection. « J’étais heureux que Carine trouve ça cool. Quelquefois, j’entendais : “Il nous manque une veste noire pour demain !” Alors, le lendemain, je venais avec l’une de mes vestes noires. C’est là que les autres assistants m’ont suggéré de partager ces pièces, d’en faire un business. Au début, je ne demandais pas d’argent, seulement d’être crédité dans les magazines. »

Une parka en cuir et un manteau Raf Simons, un pantalon et un manteau Helmut Lang...

Mais le projet prend progressivement une nouvelle dimension. Le 3 février 2015, Rihanna, Kanye West et Paul McCartney sortent le clip de leur chanson FourFiveSeconds, une vidéo en noir et blanc dans laquelle on les voit exécuter un play-back. Bien sûr, seuls les férus de mode remarquent que Kanye porte une veste denim vintage Helmut Lang et un authentique jeans déchiré Dior par Hedi Slimane et que l’ancien Beatle a également revêtu une veste signée elle aussi Helmut Lang.

Il vous reste 56.37% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.



Source link

Autres articles

Adidas mise sur le savoir-faire d’Allbirds afin d’accélérer sa transition écologique

info mode

c’est peut-être un détail pour vous…

info mode

Messe Frankfurt France lance sa plateforme numérique en septembre

info mode