mylovehair.com
Infos Mode

De Pierre Cardin à Kim Kardashian, la tenue de yoga en bonne posture


Brassière et legging Evergreen Micro Check, en Nylon et Lycra, Tory Sport, 110 € et 185 €.

Avec l’invention du Nylon en 1935, puis celle de l’élasthanne en 1958, le vêtement moulant bascule dans une autre dimension, renvoyant gents damoiseaux à leurs hauts-de-chausse et femmes des (cinq) siècles passés au supplice de leurs corsets. Ainsi en décida la modernité. Les accessoires barbares qui, hier, remodelaient le corps en l’emprisonnant sont en partie intériorisés. Régimes minceur – la société Weight Watchers est fondée en 1963 – et pratiques sportives rejoignent collants et gaines, dans la fabrique d’un corps féminin autrement stéréotypé.

C’est ainsi que le legging apparaît. Pierre Cardin le place sur orbite à la fin des sixties. Il en revient en 1978, mieux reçu que jamais : au terme d’une année éprouvante, Olivia Newton-John consent à se travestir en bombe sexuelle pour la banane huileuse de John Travolta, Blondie fait chavirer les cœurs des nightclubbers et Superman inverse la flèche du temps par amour.

Piochant dans la garde-robe de la danse et sur le modèle des programmes bondissants de Jane Fonda, Véronique et Davina mettent les femmes françaises à l’aérobic. Justaucorps, collants, guêtres d’échauffement, bandeaux anti-sueur remplissent les tiroirs. Cindy Lauper et Madonna retiennent la leçon et en proposent une première synthèse plus « mode » que sportive. Synthèse qui connaîtra un beau retour de flamme dans les années 2000 amoureuses du binôme jupe-legging.

Lire aussi De Charles VIII à « Sex and the City », des babies à bride abattue

Culte du corps

A la fois superstars, capitaines d’industrie et arbitres des élégances, Beyoncé et Kim Kardashian, pour ne citer qu’elles, redéfiniront à leur tour les canons de beauté en accord avec un certain style de vie. Le sport redevient une vertu centrale. Entrepreneuriat de soi, confiance, équilibre, jeunesse, spiritualité : le corps est au cœur d’une toute nouvelle attention. Le sportswear bat des records de vente. Minceur et volupté semblent mieux cohabiter que jamais. Au moins sur les réseaux sociaux.

Lire aussi #yogapants ou le narcissisme zen

Puis, à la faveur des confinements, le sport passe de la salle au salon. A 80 % féminins, le fitness, le yoga et le Pilates engrangent les adeptes. Nettement moins mollasson que le bas de survêt’, et le plus souvent possible accompagné de sa brassière, le « yoga pant » est devenu le « pantalon à tout faire ». Sorte de faux jumeau taille haute des legging, en plus épais, plus opaque, avec des effets de coutures, des à-plats de couleurs ou des motifs ésotériques qui parfois remodèlent le corps, il habille des individus plus que jamais tiraillés entre performance et lâcher-prise.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Le yoga version XXIe siècle : détente, luxe et beauté
Top et legging en viscose issue de la sylviculture durable et fibre de carbone, Alaïa, 800 € et 1600 €.
Brassière et legging en jersey de Nylon, Kenzo Sport, 150 € et 170 €.
Legging Airism, en polyester et élasthanne, Uniqlo, 24,90 €.
Brassière et legging en polyamide recyclé, Cos, 35 € et 55 €.
Brassière Free To Be Serene, en Nylon, et cycliste taille haute Everlux, en Nylon et Lycra, Lulu Lemon, 68 € et 58 €.
Brassière et legging en polyamide et élasthanne, Born Living Yoga, 24,90 € et 39,90 €.



Source link

Autres articles

Ces jeunes marques à succès chez qui postuler

info mode

les 5 éléments d’une stratégie digitale réussie selon Yann Rivoallan

info mode

Hilary Stockalper on a career in e-commerce and digital

info mode

les infos à retenir de la semaine passée

info mode

L’IFM répond aux incertitudes de la crise par une nouvelle formation

info mode

ASOS va essayer la mode circulaire et durable

info mode