mylovehair.com
Infos Mode

des atouts pour les PME en temps


Paris – Made in France et vente en ligne, c’est l’axe de
développement qui a permis à une PME industrielle d’Eure-et-Loir de rebondir
après une période difficile, puis de décoller en 2020 en pleine crise
sanitaire : un mouvement vers la production locale nécessaire et à soutenir,
selon des experts.

Plombée par l’impact de la crise financière de 2008, la société Sodiclair,
qui fabrique des stores et des rideaux pour des entreprises et des
collectivités, était au bord du gouffre avec une chute du tiers de son chiffre
d’affaires, raconte à l’AFP son président Stéphane Berretti.
Implantée à Nottonville, un village de la Beauce à une quarantaine de
kilomètres de Chartres, l’entreprise fait alors le choix d’une “nouvelle
cible: le particulier, sans renoncer à notre ADN qui était de fabriquer du
sur-mesure, en France et en cycle court”, explique-t-il.

Cette réorientation passait par la vente en ligne, préparée durant les deux
ans de construction du site de vente Stores-et-Rideaux.com, lancé en 2011,
avec un objectif : “vous commandez un store à vos mesures, il part de chez nous
entre 5 et 8 jours après.”
“Ce nouveau mode de commercialisation nous a sauvés dans un premier temps,
et dans un deuxième temps nous a permis de créer 50 emplois et a donné un
projet de développement”, résume Stéphane Berretti.
Le “Made in France”, longtemps vu comme secondaire, est aujourd’hui
largement mis en avant.

L’année 2020 a de ce point de vue marqué “un tournant”: le premier
confinement a incité les gens à s’occuper de leur intérieur pour l’améliorer
alors qu’il n’y avait aucune offre sur le marché avec les magasins fermés.
Résultat: “une explosion des ventes”, doublées dans la période avril-juin,
et une activité qui est restée très forte toute l’année, commente M. Berretti.
La société avait déjà lancé une autre plate-forme de vente en Italie, tout
en poursuivant l’activité en direction des grands clients entreprises et
collectivités avec un site dédié. Elle compte désormais 85 salariés pour un
chiffre d’affaires d’environ 12 millions d’euros.

Demande de proximité

Si tous les secteurs ne peuvent se prévaloir d’une telle conjoncture
favorable, la demande locale pourrait être un atout important pour les petites
entreprises industrielles mises en difficulté par le ralentissement lié à la
crise sanitaire, estime Olivier Lluansi, associé du cabinet PwC.
“Après le deuxième confinement, il devient de plus en plus critique que les
carnets de commandes de nos PMI (petites et moyennes industries NDLR) puissent
être gonflés par la demande de proximité (…) sinon le risque de défaillances
sera très important”, estime ce spécialiste des questions industrielles.
“Et pourtant, nous n’avons pas aujourd’hui de message politique dans ce
sens”, observe-t-il, en insistant sur l’importance “de la commande publique ou
des grands donneurs d’ordre industriels”.

Quant au “fabriqué français”, “très clairement, il y a un engouement” chez
le consommateur, constate-t-il.
Mais en période de crise, “on voit une dualisation entre un marché premium
qui s’oriente assez naturellement vers un achat qui fait sens et qui favorise
le Made in France et des gens qui ont du mal à boucler les fins de mois et
pour lesquels l’argument prix sera le premier et peut-être encore plus fort
qu’avant”, juge l’analyste.
Le patron de Stores et Rideaux assure pour sa part qu’il a pu maintenir des
prix “attractifs” car “l’internet a permis d’évacuer toute l’intermédiation,
ce qui coûte le plus cher”.

L’entreprise prépare des projets d’investissements industriels, comme
l’achat d’une nouvelle machine de coupe de tissus de haute précision.
Pour David Cousquer, fondateur et gérant du cabinet Trendeo, le plan de
relance, “notamment le fait qu’il y ait un gros volet d’accompagnement
d’investissements industriels, a ouvert des opportunités” pour des entreprises
qui “sans subvention, n’avaient pas les reins assez solides” pour acquérir de
nouveaux matériels.

Ces aides s’inscrivent sur fond de relocalisation de production: selon les
derniers chiffres de l’observatoire de l’emploi et de l’investissement de
Trendeo, en 2020, les relocalisations ont dépassé les délocalisations (30
contre 25) pour la première fois depuis 2009.
Les relocalisations ont notamment connu un boom au quatrième trimestre
2020, avec 18 projets, dont 13 ont reçu des aides publiques, selon Trendeo. (AFP)

Crédit : Made in France



Source link

Autres articles

le digital show ouvrira du 15 au 19 février

info mode

un premier semestre négatif malgré les bons chiffres du e-commerce

info mode

Quand Hermès se lança dans le digital

info mode

les mondes engloutis de Peter Beard

info mode

Vers une optimisation des stocks excédentaires et plus de valeur éthique

info mode

Fashion Tech : le bio-sourcing est

info mode