mylovehair.com
Infos Mode

Des bijoux impériaux et un gros saphir, vedettes des enchères de Genève


Genève – Des bijoux parés de 38 somptueux saphirs portés
autrefois par la fille adoptive de Napoléon et le plus gros saphir du
Cachemire, qui appartint à l’héritière des brasseries Guinness, rivaliseront
d’éclat lors des traditionnelles enchères de mai à Genève.

Au programme de ces ventes organisées les 11 et 12 mai par les deux grandes
maisons Sotheby’s et Christie’s figurent plusieurs bijoux historiques.
A l’occasion de la commémoration des 200 ans de la mort de Napoléon,
Christie’s va disperser neuf bijoux impériaux ornés de saphirs et de diamants,
provenant de la collection de sa fille adoptive, Stéphanie de Beauharnais.

Les neuf pièces, dont une tiare (estimée entre 140 000 et 250 000 CHF,
154 000 et 275 000 USD, 128 000 et 228 000 euros), un collier (estimé entre
180 000 et 320 000 CHF) et une paire de boucles d’oreilles (estimée entre
30 000 et 45 000 CHF), “sont restées dans la même famille depuis qu’ils ont
été offerts à Stéphanie de Beauharnais, à l’occasion de son mariage au palais
des Tuileries”, a expliqué à l’AFP Marie-Cécile Cisamolo, spécialiste en
bijouterie chez Christie’s.

Si l’on ne voit plus guère de tiares dans les beaux salons de la haute
société européenne, nul doute qu’elle va trouver preneur selon l’experte: “En
ce moment, on voit beaucoup d’Asiatiques qui aiment porter ces bijoux
importants, pour les événements importants de leur vie”.
Pas moins de 38 saphirs originaires du Sri Lanka ont été utilisés pour
créer cette parure au début des années 1800.

Outre leur valeur historique, ces bijoux d’une grande finesse ont également
une valeur intrinsèque en raison de leur bleu naturel, alors qu’habituellement
les saphirs subissent un traitement thermique pour en accentuer la couleur.
Cette collection historique comprend également une importante couronne en
saphir de Marie II, reine du Portugal (milieu du 19e siècle), sertie au centre
d’un remarquable saphir de Birmanie (estimée 170 000-350 000 CHF).

Diadème royal sur Instagram

Un autre clou des ventes, proposé par Sotheby’s, est le plus gros saphir du
Cachemire jamais mis aux enchères (estimé 2-3 millions USD). Cette pierre
non-chauffée de 55,19 carats est d’un très beau bleu velouté, comme tous les
saphirs issus de cette région.

Suite à leur découverte au début des années 1880, l’exploitation des
saphirs du Cachemire n’a duré que cinq ans, entre 1882 et 1887, faisant de ces
pierres précieuses quelques unes des plus convoitées sur le marché, selon la
maison d’enchères.

La pierre de forme ovale est montée dans une broche des années 1930 aux
côtés d’un autre saphir du Cachemire de 25,97 carats. La broche provient de la
collection de Maureen Constance Guinness (1907-1998), figure phare de la haute
société britannique et héritière de la famille de brasseurs irlandais.

Parmi les autres pièces historiques mises en vente la semaine prochaine,
Sotheby’s propose un diadème royal, conservé pendant plus de 150 ans au sein
de la Maison de Savoie. Ce joyau composé de onze perles naturelles et de
diamants, datant de la seconde moitié du XIXe siècle et estimé entre 1 et 1,5
million de dollars, apparaît pour la première fois sur le marché.

Le bijou est également un chef-d’oeuvre d’ingéniosité, car le diadème peut
être séparé en deux parties, permettant de le porter en collier, a expliqué à
l’AFP Benoit Repellin, directeur de la vente de Haute Joaillerie de Sotheby’s
à Genève.

Ce diadème royal apparaît sur le marché dans un contexte d’une “demande
mondiale inédite” pour ce type de bijoux, en particulier d’origine royale,
selon la maison d’enchères. Cet intérêt est particulièrement accru en Asie où
les collectionneurs, souvent jeunes, ont acheté un tiers des diadèmes
présentés par Sotheby’s au cours des cinq dernières années.

Soucieuse d’attirer une nouvelle génération d’acheteurs, elle a
spécialement créé pour cette vente un filtre Instagram qui permet à tout un
chacun de se photographier coiffé du diadème dans un décor d’un somptueux
palais italien.

Dans la catégorie des grosses pierres, Christie’s propose un diamant blanc
rectangulaire de 100,94 carats (estimé 12-18 millions USD), baptisé “Le
Spectacle”, taillé dans un diamant brut de 207,29 carats découvert en 2016 en
Yakoutie (Sibérie orientale) par le groupe russe Alrosa.

Il y a aussi moins cher. Tel ce pendentif serti d’une émeraude poire de
104,40 carats, monté par Harry Winston, proposé par Sotheby’s (estimé 1-1,5
million USD). C’est un poids “vraiment exceptionnel pour les émeraudes qui est
une pierre plus fragile”, a expliqué M. Repellin. (AFP)



Source link

Autres articles

les 5 éléments d’une stratégie digitale réussie selon Yann Rivoallan

info mode

La Fashion Week de Copenhague sera 100 pour cent digitale

info mode

un cru 2021 on line riche en experts de l’éco-responsabilité

info mode

« L’empreinte carbone d’un carat de diamant équivaut à deux iphones et demi »

info mode

Comment les influenceurs diversifient leurs sources de revenus ?

info mode

Le régulateur chinois convoque 11 entreprises de la tech

info mode