mylovehair.com
Infos Mode

Jambes nues, nouveaux talents et luxe vintage sur les podiums milanais


Pour la première fois depuis mars 2020, Milan a accueilli sa semaine de la mode. Entre le 21 et le 27 septembre, 43 spectacles physiques, plus 41 événements et 98 présentations ont eu lieu. Les mesures de sécurité étaient parfois strictes, avec un nombre de sièges fortement réduit. Pour un grand nombre de marques, cela s’est traduit par l’exclusion collective des journalistes du Benelux. Parmi eux Versace, Etro, Ferragamo, Marni, Cavalli et Fendi.

Les spectateurs asiatiques étaient rares, mais les invités américains ont été bien reçus. Chez Dolce & Gabbana, par exemple, les dirigeants de Vogue Anna Wintour et Edward Enninful ont eu deux fois plus d’espace au premier rang que les autres invités, un traitement royal pour les porteurs de la couronne et du sceptre – une image qui était dans tous les esprits. À noter : en raison d’un nombre plus réduit de spectateurs, la Fashion Week a souffert d’un manque d’ambiance.

Le Teatro Armani, où le créateur a célébré le quarantième anniversaire de sa marque Emporio Armani, est déjà un lieu assez froid en temps normal, mais avec des tribunes à moitié pleines, aucune chance d’y trouver une atmosphère festive. Comme toujours, Armani a utilisé son propre personnel pour applaudir bruyamment lors des moments clés – une habitude chez la marque.

Image: Emporio Armani

Boss a lancé une charmante offensive

Chez Boss, l’ambiance était là. Pour la présentation de sa deuxième collaboration avec Russell Athletic, la marque allemande a occupé le terrain de sport Kennedy, à la périphérie de la ville, et a installé un match de baseball, agrémenté d’une fanfare, de pom-pom girls, de pop-corn, de hot-dogs, d’un présentateur enthousiaste et de mascottes. Les mannequins ont enfilé des vêtements de sport américains signés Boss et Russell, le top model Gigi Hadid en tête.

Le lancement de la collection see now buy now rappelait beaucoup les récents défilés Tommy Hilfiger. Ce qui n’est pas surprenant, puisque l’ancien PDG de Tommy Hilfiger Worldwide et PVH Europe, Daniel Grieder, dirige Hugo Boss depuis juin. L’histoire de la haute couture ne s’est jamais jouée sur un terrain de baseball, mais l’événement de Boss a été le moment le plus extravagant de la semaine.

Image: Boss x Russell Athletic (in the bottom photo, Daniel Grieder is on the left)

Prada a choisi du court et du sexy…

Prada a opté pour un show inutilement compliqué. Ou plutôt, deux shows présentés simultanément, un à la Fondazione Prada de Milan et un à Shanghai. À Milan, des images en direct de Shanghai étaient projetées sur des écrans, et vice versa. Les mannequins portaient des tenues identiques en même temps (deux collections avaient été réalisées, un investissement important) et le défilé était clôturé par des sœurs jumelles, sur des continents et fuseaux horaires différents, portant à nouveau les mêmes tenues.

La collection était remarquablement sexy selon les normes Prada, quoique plus séduisante que d’ordinaire. Des jupes très courtes, souvent portées par-dessus des shorts encore plus courts, des corsets et des baleines, ainsi que des vestes en cuir de style grunge sans rien en dessous. Il y avait aussi des références à la couture, avec des robes élégantes en satin duchesse, toujours associées à un sac à main rouge lipstick des années 90.

Image: Versace SS22

… tout comme de nombreuses autres marques

Versace a fait venir Dua Lipa, Naomi Campbell et un groupe de mannequins masculins à moitié nus, tandis que « Physical » de Lipa a retenti dans les enceintes. Dolce & Gabbana a saupoudré de paillettes des jeans larges et des micro-jupes. Et Missoni, où Angela Missoni a passé le flambeau à son ancien directeur de studio Alberto Caliri, semblait pour sa part avoir perdu de sa touche sexyness. Les filles étaient trop jeunes, trop maigres et souvent juste un peu trop légèrement vêtues.

Bien que les podiums étaient plus colorés qu’auparavant – les marques de mode ont retenu la leçon – il y avait peu de place pour les mannequins grandes tailles. La mode italienne continue par ailleurs d’avoir une préférence pour les très jeunes filles. Alors qu’à la Fashion Week de New York, des progrès en matière d’inclusion ont été remarqués, la conversion de Milan au XXIe siècle n’a pas encore commencé.

Image: Cavalli SS22

Le lancement de Quira

« Je suis dans le métier depuis si longtemps, j’ai toujours travaillé pour d’autres directeurs artistiques, et j’ai senti qu’il était désormais temps d’exprimer enfin ma propre vision », a déclaré Veronica Leoni à FashionUnited lors du lancement de sa marque Quira, nommée d’après sa grand-mère. Veronica Leoni a un palmarès impressionnant : elle était responsable de la maille chez Jil Sander, puis a passé quatre ans à concevoir les pré-collections de Céline, sous le règne de Phoebe Philo.

Depuis quelques saisons, elle dessine la ligne 2 Moncler 1952, qui fait partie du projet Moncler Genius. À ce sujet, elle déclare : « Ce que je fais pour Moncler est complètement différent. Là, je travaille sur commande et c’est très bien. Mais Quira est juste à moi. » La collection, présentée avec une exposition de photographies signées par la française Camille Vivier, était particulièrement forte et semble parfaitement adaptée aux fans de Phoebe Philo, Jil Sander ou encore du parisien Lemaire.

Image: Quira SS22, Credits: Camille Vivier/ownership of Quira

Moncler et Gucci se tournent vers le vintage

Moncler a mis en ligne la nouvelle fournée de Moncler Genius – la collection composée de onze mini-collections du label, avec des activations dans onze villes. À Milan, un événement séparé a été organisé pour une collaboration avec la marque de streetwear de luxe Palm Angels. Une boutique vintage, The Dunes, a été installée sous une énorme montagne de sable rouge dans les halls du Spazio Maiocchi. Une sélection de vêtements vintage américains était proposée à la vente et des articles Palm Angels (pas à vendre) étaient accrochés parmi eux (ils n’étaient pas à vendre).

Gucci a lancé le même jour une nouvelle boutique en ligne, Gucci Vault, où elle propose des articles Gucci vintage en plus d’une sélection de petites marques indépendantes. En d’autres termes, les marques de luxe recherchent des solutions pour jouer un rôle dans le secteur de l’occasion, qui jouit non seulement d’une croissance rapide mais est aussi très populaire, notamment auprès de la génération Z.

Cormio a apporté une touche anversoise à Milan

La créatrice Jezabelle Cormio a grandi à Rome, a étudié à l’Académie d’Anvers et, depuis quelques saisons, possède sa propre marque de knitwear durables à Milan. Sa première présentation, dans un ancien magasin de pièces en maille avait une ambiance underground à laquelle on s’attendrait plus tôt à la Fashion Week de Paris. Les spectateurs ont été autorisés à entrer dans la boutique par groupes de cinq, où trois mannequins et trois artisanes plus âgées tricotaient derrière le comptoir, avec des lumières disco et sur de la techno.

Image: Cormio SS22 collection, ownership of the brand

Beaucoup d’invités chez Gabrielle Karefa Johnson

Gabrielle Karefa Johnson a été la première styliste noire à faire une séance photo pour Vogue USA. Plusieurs femmes de couleurs ont ensuite fait la une du magazine, certaines de ces couvertures peuvent même être qualifiés d’historiques, comme le portrait de la vice-présidente Kamala Harris, réalisé dans des circonstances difficiles, ou encore celui de la poétesse Amanda Gorman.

Pour une collection capsule commandée par la marque Max Mara Weekend, Karefa Johnson s’est inspirée de photos des années 70 de sa mère et de ses tantes. Point fort majeur, les tenues, avec des collages d’imprimés et des références à l’op art de Bridget Riley, entre autres, conviennent à toutes sortes de femmes, y compris des dames comme Karefa Johnson elle-même qui sont un peu plus rondes.

Image: Family Affair of Gabriella Karefa Johnson for Weekend Max Mara SS22

Cet article a initialement été publié sur FashionUnited.be. Il a été traduit et édité en français par Julia Garel.



Source link

Autres articles

La maison de couture italienne Etro entre dans le giron de LVMH et Bernard Arnault

info mode

Tranoï a signé son premier événement dédié à la création émergente avec la PFW

info mode

Masques lavables Made in France : « le marché évolue »

info mode

Lingerie et séduction : une équation dépassée

info mode

Tommy Hilfiger mise sur la co-création et la solidarité avec sa nouvelle campagne

info mode

Les pays les plus attractifs en termes de shopping durable

info mode