mylovehair.com
Infos Mode

Jeanne et Alex Signoles, des maroquiniers exigeants


Le cartable d’écolier, le cabas à commissions, le baluchon de marin, la besace US… Fin 2013, L/Uniform naît avec une idée fixe : embellir le quotidien par la réinterprétation de toute une typologie de sacs d’usage et de métiers. Jeanne Signoles a œuvré dans l’aéronautique et la finance avant de rejoindre son mari au sein de l’entreprise familiale de maroquinerie de luxe. Avec l’arrivée de leur troisième enfant, le désir de se démarquer et de raconter une histoire plus personnelle se fait pressant.

Parmi plusieurs pistes, le couple retient le concept fort et simple d’un label d’accessoires fonctionnels et de belle facture. Quelque part entre la proposition tout cuir, luxueuse, solide, mais peu adaptée à la vie de tous les jours, et l’option matières synthétiques, pratique mais plus éphémère et moins chic. « J’avais un grand sac en cuir et en toile épaisse comme un steamer, explique l’entrepreneuse. J’aime beaucoup la toile. Légère, lavable, elle s’assouplit et se patine avec le temps. Nous sommes partis de là et avons développé nos propres tissus. »

A l’exception de la couleur kaki, identique à celle plébiscitée par l’armée, la toile utilisée est spécialement tissée pour L/Uniform avec la densité et le grammage idoines : fils de coton et lin pour la version naturelle, et 100 % coton pour les variantes rouge, noir, bleu marine ou jaune. Toutes protégées par des traitements spécifiques qui facilitent l’entretien.

Sans fioritures mais personnalisables

Les modèles sont conçus à Carcassonne, fief d’Alex Signoles, la logistique gérée en interne et la fabrication assurée par la manufacture que possède la marque au Portugal. Avec un soin extrême apporté aux finitions ­ – bordures gansées en coton coloré, points de couture calibrés –, et un choix judicieux de détails uniquement dictés par la fonctionnalité – sangles, poignées, bouclerie, renforts en cuir – les fon­dateurs construisent tout un univers de propositions intemporelles, sans fioritures mais per­sonnalisables avec des initiales thermocollées. La mise au point d’une pièce requiert parfois ­plusieurs mois, et le cahier des charges du contrôle qualité est très spécifique. Les membres de la famille sont les premiers utilisateurs-­testeurs des cartables, sacs de voyage, valises cabine…

Depuis sa création, L/Uniform s’ouvre à d’autres domaines que la bagagerie. « Dès le départ, nous avons déposé le nom de la marque dans toutes les familles de produits : sacs, accessoires, textile, vêtements… jusqu’au commerce de bouche », précise Jeanne Signoles, qui dévoilait en janvier 2020 une ligne lifestyle. « La collection a été présentée chez Merci, le concept store parisien, juste avant le premier confinement, poursuit-elle. C’était une super expérience qui nous a apporté beaucoup de visibilité. Mais juste après il a fallu fermer, et nous n’avons pas eu le temps de montrer la collection dans notre corner maison du Bon Marché, un point de vente important. Ni d’en parler dans nos boutiques. » Résultat, la collection est lancée ­uniquement sur la boutique en ligne.

Il vous reste 46.79% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.



Source link

Autres articles

Hermès célèbre un semestre « exceptionnel » avec un bénéfice net supérieur au milliard d’euros

info mode

Le top dix des interviews de l’année

info mode

Le salon horloger de Richemont multiplie les initiatives pour booster les ventes

info mode

Pantin-Hawaï via Paris, la nouvelle fashion week

info mode

« Trop d’Européens pensent que la mode africaine se résume au wax » : Imane Ayissi, créateur panafricain

info mode

Who’s Next reporte son édition de janvier 2021 à mars prochain et l’enrichit de nouveaux projets

info mode