mylovehair.com
Infos Mode

« la crise va accélérer les transformations des modèles de la mode »


De quoi sera faite
la mode de demain ? L’année 2021 insufflera-t-elle un peu d’espoir après
une année catastrophique pour les marques et enseignes de mode. La relance
pourra-t-elle être amorcée et comment ? De nouveaux business model sont
-ils prêts à émerger ? Autant d’interrogations que FashionUnited a partagé
avec Clarisse Reille, la directrice générale du DEFI.

FashionUnited : L’industrie de la mode voit se terminer une année
terrible marquée par deux confinements, des défaillances d’entreprises, de
nombreux licenciements. Quel est le bilan en terme d’emploi dans le
secteur ?

Clarisse Reille : Je voudrai tout d’abord rappeler le poids économique
de la mode en France : au sens large, soit l’habillement, le cuir, les
parfums, l’horlogerie, ce secteur pèse 145 milliards d’euros, génère
600 000 emplois directs et un million d’emplois indirects.

Pour mémo, les pertes d’emplois après le premier confinement sont
estimées à 100 000. Il y en aura au total entre 120 000 et 150 000, entre
30 000 et 40 000 emplois perdus dans le secteur habillement seul, après les
fermetures administratives du mois de novembre.

L’impact du second confinement a été plus dur que celui du premier au
printemps. Certes, il a été difficile mais ensuite, pendant les mois hors
soldes, les enseignes ont pu vendre à taux plein et marge pleine, mais les
trésoreries ont été très affaiblies. Sur ce tableau déjà difficile survient
le second verrouillage, à une période clé de l’année, celle des fêtes de
fin d’année et donc aussi au moment où les marques ont dû acheter des
stocks et où les fournisseurs, compte tenu du contexte, n’ont accepté de
livrer qu’au paiement. Les ventes sur internet ont fortement augmenté, mais
pas suffisamment pour compenser.

Comment se profile 2021 ? Quelles sont les raisons d’espérer un
redressement ?

Nous nous attendons à des situations très contrastées. Malheureusement,
les faillites et licenciements vont encore être nombreux, dans la foulée de
la crise sanitaire dont on ne voit pas encore le bout. Nous allons
continuer à vivre avec le virus, ce qui implique manque de visibilité,
incertitudes, travail à court terme.

Mais parallèlement, on assiste à de nouvelles émergences, de nouveaux
modèles se développent. La crise du covid joue comme un accélérateur, dans
le mauvais comme le bon sens. On voit actuellement se démultiplier les
solutions. Les marques font preuve de rebond créatif, d’agilité, elles sont
obligées d’innover pour survivre et – ou émerger.

En France, nous avons des groupes de luxe puissants et prospectifs qui
font montre d’une résilience extraordinaire. Je pense par exemple à
l’accord signé ce novembre entre la plateforme chinoise Alibaba, Farfetch,
Richement, Kering. Ce partenariat va accélérer fortement les débouchés de
ces griffes de luxe en Asie et particulièrement en Chine. Il confirme la
place stratégique prise par le digital dans l’industrie du luxe, notamment
dans un contexte de blocage international.

Et pour les PME-TPE qui constituent la très grande majorité de la
filière mode ?

Il y a toute une galaxie d’entreprises qui ne cessent de repenser les
modèles classiques, de chercher des solutions innovantes. La relocalisation
partielle est possible. Les vielles antiennes de type « coût de la main
d’œuvre » commencent à prendre du plomb dans l’aile. Les coûts de la
matière, de l’énergie, de la logistique les dépassent. Quand on voit que
Fashion 3, du groupe Mulliez (Pimkie, Jules, Rouge Gorge, Grain de Malice,
Bizzbee) a l’intention de monter une usine de fabrication de jean en
France, c’est très encourageant. Cela devient réaliste dans un contexte où
la proximité, la transparence sur la provenance des produits, l’excellence,
devient une véritable exigence pour les consommateurs. Et cela induit des
partenariats solides, profonds, avec les fournisseurs, des collections plus
courtes aussi. Il faut repenser les indicateurs clés de performance du
secteur.

D’autres pistes se dessinent. La transformation digitale, et pas
seulement le e-commerce qui est le haut de l’iceberg, doit se déployer à
tous les niveaux de l’entreprise. Le DEFI a lancé 13 ateliers digitaux pour
accompagner les marques, à tous les niveaux. Suivre l’efficacité de site,
vérifier son retour sur investissement, segmenter sa clientèle, etc. Peu
d’entreprises maîtrisent tout cela.

D’autres technologies vont prendre de l’ampleur dans la mode, comme la
réalité augmentée et le gaming, plus nouveau, qu’on voit se développer.
Vuitton a donné le ton avec sa collection capsule League of Legends.

Autre piste en émergence, qui s’est accélérée au cours du premier
confinement, le lifestream shopping, interaction et achat en direct entre
les influenceurs et les internautes. En forte croissance en Chine ce
phénomène va encore favoriser la dynamique du e-commerce et apporter de
nouvelles opportunités aux marques.

Les thématiques du développement durable, de l’éthique, pourtant au
premier plan des enjeux mode vont – elles résister à la dure réalité de la
baisse du pouvoir d’achat ?

Je pense que oui. D’abord, il n’est pas uniquement question de pouvoir
d’achat, au contraire, on le voit avec le succès de la mode de seconde
main. Par ailleurs, « fabriquer » de la valeur, du sens, devient crucial
pour toute entreprise de mode. Cela devient un axe important de
fidélisation de la clientèle.

Dans les faits, cela induit une transformation de la chaîne de valeur.
Le label masculin Bonne Gueule, ou encore Officine Générale sont des
exemples de cette mutation, qui intervient cependant partout, chez les
grandes chaînes aussi, de Décathlon à Armand Thiery. Le consommateur va
devenir de plus en plus exigeant sur l’affichage environnemental.

On assiste d’ailleurs à l’émergence d’une myriade de jeunes pousses qui
s’appuie sur le sens, la bienveillance, loin des anciens modèles
économiques.

Oui, et j’espère, je crois que lorsque les plans de vaccinations vont se
développer cela va impacter la mode de façon très joyeuse.
On voit effectivement une explosion de labels très locaux, des boîtes qui
n’ont pas forcément pour ambition de grandir, mais de faire vivre leurs
valeurs après de leur communauté. Via les réseaux sociaux, qui deviennent
des boutiques, et via leur boutique, souvent unique, qui devient leur
media.

Crédit: DEFI- Clarisse Reille



Source link

Autres articles

que révèlent les campagnes de mode sur notre époque ?

info mode

Les déambulations romaines de Gucci

info mode

Ambush annonce une collaboration inédite avec Moët & Chandon 

info mode

De « Rocky » aux Spice Girls, le pantalon de jogging accourt

info mode

L’école Casa 93 fait sa rentrée aux Galeries Lafayette

info mode

Fast Retailing maintient ses prévisions annuelles, malgré l’état d’urgence au Japon

info mode