mylovehair.com
Infos Mode

la maison Marni présente ses excuses


Racisme : la maison Marni présente ses excuses

La maison de luxe italienne a publié sur son compte Instagram une
campagne polémique. Les images présentant des mannequins noirs coiffés
d’accessoires ethniques et accompagnées de la légende « ambiance jungle »
ont été largement critiquées et jugées racistes.

Les images ont notamment été pointées du doigt par le célèbre compte
Instagram Diet Prada, lequel a critiqué la combinaison malheureuse de
Marni, mélangeant les images réductrice à un terrible choix de mots. « Ces
stéréotypes ne sont que quelques-unes des manières dont l’institution de la
suprématie blanche a opprimé, déshumanisé et privé les Noirs de leur droits
humain », peut-on lire sur le post Instagram dédié.

Marni a répondu par des excuses publiques, déclarant : « L’équipe de
Marni est passionnément engagée à défendre l’inclusivité et à célébrer la
beauté des diverses cultures à travers le monde. Alors que nous nous
efforçons de créer un monde plus équitable, grâce à la mode et à une
humanité partagée, nous regrettons sincèrement que nos efforts aient causé
de nouvelles souffrances. »

En outre, la maison de mode précise : « Nous avons immédiatement
supprimé ces images et nous redoublons d’efforts pour nous assurer que nos
processus sont exécutés avec prévenance et intentionnalité à travers une
forte vision d’équité. L’ensemble de notre personnel s’engage à utiliser ce
moment comme une opportunité de tirer parti de notre plateforme pour
soutenir et responsabiliser davantage de voix et de créateurs de couleurs
dont le talent et les connaissances contribuent à créer une industrie de la
mode plus inclusive et diversifiée. »

Dans une interview accordée à MJournal, Edgar Azevedo, le photographe
afro-brésilien de la campagne, a déclaré qu’il n’était pas impliqué dans le
processus de montage et qu’il n’avait pas vu la dernière campagne avant sa
sortie. « Au départ, les produits de Marni étaient destinés à être tournés
avec certains modèles ici à Salvador, mais lorsque la pandémie nous a
frappés, les pièces ne sont pas arrivées à temps pour le tournage, ce qui a
donné naissance à l’idée de faire des collages avec les pièces sur les
images que nous produirions. » Le photographe ajoute : « Ils ont fini de
choisir les images, de les retoucher et de terminer le processus sans rien
m’envoyer ».

Cet article a initialement été écrit pour FashionUnited.com. Il a
été traduit et édité en français par Julia Garel.

Crédit : image d’Edgar Azevedo via MJournal ; sources de l’article :
Dazed Digital, MJournal.



Source link

Autres articles

Neymar et Nike, la fin d’une histoire de 15 ans

info mode

Le Covid-19 achève le magasin historique de Tati, celui de Barbès à Paris

info mode

Réinventer la créativité avec le programme Fashion Snoops Thrive

info mode

Un nouveau dispositif de chômage partiel effectif à partir du 1er juillet prochain

info mode

Burberry frappé par la pandémie mais avec du mieux en Asie

info mode

zoom sur les produits leaders

info mode