mylovehair.com
Infos Mode

la nouvelle tendance de tissu venu d’Afrique


Un spectacle de 15 minutes dévoilant en exclusivité la collection homme automne-hiver 2021 de Louis Vuitton. Présentée à travers une vidéo partagée sur Youtube notamment, la collection est composée de plusieurs styles originaux mais certains ont plus retenu l’attention. Il s’agit des modèles en Kente, qui deviennent très vite des sujets de débat sur Twitter. Sur le réseau, deux camps s’affrontent : ceux qui louent le génie créatif de Virgil Abloh, directeur artistique de la mode homme chez Louis Vuitton face à ceux qui dénoncent l’appropriation de la culture ghannéene par Louis Vuitton.

« Virgil Abloh est originaire du Ghana, il est aussi le directeur artistique d’une grande marque de vêtement, donc l’utilisation du Kente permet de faire référence à ses propres origines africaines. Je trouve cela tout à fait légitime d’utiliser une matière qui est propre à sa culture, à son africanité. Je pense que c’est important que Virgil Abloh agisse ainsi pour faire entrer notre culture dans ce panthéon de la mode internationale », explique Aristide Loua, fondateur de la marque ivoirienne Kente Gentleman.

Pourtant, la polémique n’est rien face à l’engouement que ces pièces créent. Elle laisse place au vrai sujet : la mode au-delà des frontières. Consécration ultime pour le designer, l’une de ses pièces en Kente est portée par la poète et nouvelle sensation afro-américaine Amanda Gorman, sur la couverture du numéro de mai du très puissant Vogue Us.

Un an auparavant, le kente était porté par des membres du Congrès américain pour dénoncer le racisme dans la société américaine, suite à l’assasinat de George Floyd, par un policier blanc. Pour les afro-américains, le kente est le symbole de leur « africanité ».

Mais qu’est-ce que le Kente et pourquoi ce tissu suscite-t-il autant d’émoi? Pour comprendre la valeur symbolique et culturelle du Kente aussi appelé Kita, il faut aller loin … Voyager à environ 6000 km de la France, au Ghana et en Côte d’Ivoire ! C’est là que l’histoire de ce pagne débute au sein des peuples Akans et Krous pour qui le kente symbolise le pouvoir et la noblesse. Il s’agit d’un tissu porté à l’époque par la bourgeoisie, lors de grandes cérémonies. En général, ce sont les hommes qui tissent le kente en associant plusieurs fils de soie et de coton de différentes couleurs. Plusieurs méthodes de tissage existent d’une région à une autre. Attention, dans le choix du kente, les couleurs comptent ! Le jaune symbolise l’argent et l’opulence, le vert la prudence et le blanc représente la paix, la pureté.

« Les pagnes traditionnels sont perçus comme des pagnes qui ne servent qu’à des cérémonies ou évènements traditionnels. C’est justement cette assertion que je rejette avec ma marque en proposant des tenues modernes confectionnées avec nos pagnes traditionnels », confie Marthe N’Guessan, fondatrice de la marque Céchémoi. « C’est notre identité, c’est notre culture et nous nous devons de la promouvoir et la valoriser, déjà en proposant des tenues modernes avec ces tissus traditionnels. Céchémoi existe depuis bientôt quatre ans et aujourd’hui je peux dire que la tendance est en train de changer, la demande de tenues confectionnées avec les pagnes traditionnels est forte et ça ne fait que nous réjouir ».

Le Kente, un emblème de la culture locale?

« Nous continuons à en faire la promotion car l’un de nos autres objectifs, c’est que l’administration et même les agents travaillant dans l’administration ou les représentations officielles du pays portent ces tenues pour le service », explique Marthe N’Guessan. Un objectif qui pourrait voir le jour au Ghana, bien avant la Côte d’Ivoire. En août 2020, le gouvernement Ghanéen avait annoncé la création d’un village de l’artisanat du kente afin de renforcer la production de ce tissu et ainsi de mieux desservir les marchés locaux et internationaux. Le projet est toujours en cours d’élaboration, dirigé par la Royal Kente Weavers and Sellers Association.

Une initiative ambitieuse qui rappelle celle mise en place en 2019 au Burkina Faso. Le Faso Dan Fani (« pagne tissé de la patrie » en langue dioula), pagne traditionnelle burkinabè avait été labellisé par le ministère du commerce et de l’artisanat. Une manière pour le pays de valoriser ce tissu fait à cent pour cent avec du coton, mais aussi de lutter contre la contrefaçon et ainsi mieux contrôler un marché qui rapporte annuellement plus de 50 milliards de francs CFA (soit plus de 76 millions d’euros).

Crédit : Louis Vuitton/ Facebook Kente Gentleman, site Vogue US, Facebook Céchémoi





Source link

Autres articles

Les importations françaises de mode ont reculé de 13 pour cent en 2020

info mode

Le polo, de René Lacoste aux contre-cultures

info mode

la nouvelle campagne positive de Gap

info mode

» DIGITAL BRAND DAYS by Wortmann Group « – Nous sommes près de vous ! Le concept du salon numérique accompagne les clients tout au long de la saison

info mode

Un couturier vietnamien propose des vêtements de l’ère impériale

info mode

Soldes d'hiver : cela aurait pu être pire

info mode