mylovehair.com
Infos Mode

Le Bon Marché croit fermement au business model de l’Imprévu


Le Bon Marché croit fermement au business model de l’Imprévu

Le grand magasin de la Rive Gauche parisienne y croit dur comme fer :
l’Imprévu a toutes les qualités pour plaire à sa clientèle. Cette marque
belge, fondée par Justine God en 2016 a donc trouvé toute sa place au sein
de la grande exposition d’automne, organisée par le Bon Marché, qui se
termine en fin de semaine et qui met en lumière le nec plus ultra de la
création issue du berceau du surréalisme et de la patrie de la
bande-dessinée.

Avec beaucoup de pédagogie, sur un vaste panneau, les spécialistes du
Bon Marché détaillent à l’entrée du corner dédié à la marque les
remarquables singularités de ce jeune label. Singularité en termes de
business model : « Justine a choisi de concentrer sa production
exclusivement en Europe en travaillant avec l’Italie et le Portugal.
L’Imprévu met un point d’honneur à offrir de l’exclusivité aux femmes,
c’est donc dans ce sens que chaque création est produite en édition
limitée ». Singularité en matière de style : « Ses fournisseurs proposent
des produits innovants afin de laisser à l’Imprévu la possibilité
d’exprimer toute son originalité. »

Le Bon Marché croit fermement au business model de l’Imprévu

Des capsules plutôt que des collections

Justine God travaille en étroite collaboration avec ses ateliers : « les
boutiques ne peuvent plus se satisfaire de deux collections par an. Les
propriétaires de multimarques veulent surprendre les femmes en leur
proposant des pièces de qualité, accessibles et qui cadrent avec la saison.
». Ici on ne parle donc pas de collections mais de capsules. Pour les trois
capsules présentées en exclusivité au Bon Marché, la créatrice a imaginé un
vestiaire facile à porter qui s’articule autour des imprimés animaliers
déclinés dans des teintes chatoyantes (pour la capsule Jungle Fever), de
motifs floraux et de chemise à carreaux frangée dans un esprit latino (pour
la capsule Coco Deluxe) et enfin, pour les fêtes, de pièces sexy où la jupe
sirène agrémentée de boutons bijoux côtoie allégrement (au sein de la
capsule Show Girl) une veste esprit bomber qui résume bien la philosophie
du label : se concentrer sur les envies d’une femme en mouvement et bien
dans son temps.

Crédit photo : L’Imprevu, Elodie

Le grand magasin de la Rive Gauche
parisienne y croit dur comme fer : l’Imprévu a toutes les qualités pour
plaire à sa clientèle. Cette marque belge, fondée par Justine God en 2016 a
donc trouvé toute sa place au sein de la grande exposition d’automne,
organisée par le Bon Marché, qui se termine en fin de semaine et qui met en
lumière le nec plus ultra de la création issue du berceau du surréalisme et
de la patrie de la bande-dessinée.

Avec beaucoup de pédagogie, sur un vaste panneau, les spécialistes du
Bon Marché détaillent à l’entrée du corner dédié à la marque les
remarquables singularités de ce jeune label. Singularité en termes de
business model : « Justine a choisi de concentrer sa production
exclusivement en Europe en travaillant avec l’Italie et le Portugal.
L’Imprévu met un point d’honneur à offrir de l’exclusivité aux femmes,
c’est donc dans ce sens que chaque création est produite en édition
limitée ». Singularité en matière de style : « Ses fournisseurs proposent
des produits innovants afin de laisser à l’Imprévu la possibilité
d’exprimer toute son originalité. »

Le Bon Marché croit fermement au business model de l’Imprévu

Des capsules plutôt que des collections

Justine God travaille en étroite collaboration avec ses ateliers : « les
boutiques ne peuvent plus se satisfaire de deux collections par an. Les
propriétaires de multimarques veulent surprendre les femmes en leur
proposant des pièces de qualité, accessibles et qui cadrent avec la saison.
». Ici on ne parle donc pas de collections mais de capsules. Pour les trois
capsules présentées en exclusivité au Bon Marché, la créatrice a imaginé un
vestiaire facile à porter qui s’articule autour des imprimés animaliers
déclinés dans des teintes chatoyantes (pour la capsule Jungle Fever), de
motifs floraux et de chemise à carreaux frangée dans un esprit latino (pour
la capsule Coco Deluxe) et enfin, pour les fêtes, de pièces sexy où la jupe
sirène agrémentée de boutons bijoux côtoie allégrement (au sein de la
capsule Show Girl) une veste esprit bomber qui résume bien la philosophie
du label : se concentrer sur les envies d’une femme en mouvement et bien
dans son temps.

Crédit photo : L’Imprevu, Elodie Timmermans



Source link

Autres articles

BROWNS CÉLÈBRE SES 50 ANS

info mode

LVMH aurait espionné François Ruffin durant trois ans grâce à l’ancien patron des renseignements

info mode

Les jeunes créateurs en mode survie

info mode

Privée de public, la Fashion Week de New York s’efforce de soutenir la mode américaine

info mode

les enseignements d’Adrien Garcia et de sa marque Réuni

info mode

Vivarte espère augmenter le nombre de salariés reclassés

info mode