mylovehair.com
Infos Mode

L’effet froissé, ou l’art de faire plier les conventions


Chemise d’homme en popeline de coton, Charvet, 485 €.

Les vêtements froissés, particulièrement dans le monde qui émerge à partir des années 1950 avec la production colossale de textiles infroissables comme le Tergal, de matières toutes synthétiques, de détergents magiques ou tables à repasser repliables d’un seul doigt, sont une marque d’oisiveté, une porte de sortie, une démonstration de sa propre inutilité dans un monde utilitariste, bref une graine germée du dandysme historique.

Refusant les codes vestimentaires en vigueur, et le repassage qui permet de soigner sa mise et de bien présenter, et qui, de l’armée au monde de l’entreprise, a mis au pas toute la société, le froissé est une liberté, une convention chiffonnée.

A la fois paria volontaire et marque de la cadence sans relâche du monde, il est un geste accessible à ceux qui peuvent se permettre le luxe d’une vie sans contraintes.

En l’espèce, le premier exemple qui vient à l’esprit est la chemise. Non repassée, elle devient impropre aux règles de bienséance et de discipline qui lui sont attribuées depuis sa mise en circulation sous la forme qu’on lui connaît. Dissident donc, le froissé est aussi un motif classique. Parent pauvre du drapé – motif du luxe, de la richesse, de l’autorité et geste artistique central présent dans la peinture, la sculpture, la photo –, le froissé éclaire la mode de son mystère décati et de son rythme contrarié.

De popeline, de gabardine, de soie, de similicuir, le « froissé » véhicule une esthétique de vie intense. Loin des libertés qu’il prétend prendre, il peut aussi se faire la manifestation et la preuve irréfutable d’un certain stakhanovisme décadent, d’une production éreintante, dans la droite lignée des mythes qui entourent les écrivains, les architectes, les bourreaux de travail aux idées nouvelles et aux yeux fiévreux.

Lire aussi A la taille, au col ou à la tête, la liberté par les nœuds

A la fois paria volontaire et marque de la cadence sans relâche du monde, il est un geste accessible à ceux qui peuvent se permettre le luxe d’une vie sans contraintes. C’était compter sans la fripe et ses ballots de vêtements poussiéreux, hors d’usage. Mine d’or pour les uns, opportunité bon marché ou fenêtre de contestation pour les autres, le rebut, la seconde main, ses faux plis, ses trous, ses couleurs passées et ses coupes d’un autre âge, permettent au froissé de continuer sa route et chiffonne toujours autant les tenants du propre, du neuf, du lisse.

Top de coton, Sessùn, 175 €. Tee-shirt en coton, Petit Bateau, 17,90 €. Jeans Back-to-Back, brut en coton, MM6, Maison Margiela 250 €.
Trench Catherine, en coton, Comptoir des Cotonniers, 195 €.
Robe en soie et crochet, Miu Miu, 3 500 €.
Robe en soie et dentelle, Jil Sander par Lucie et Luke Meier, 2 750 €.
Robe Genazuli, en polyester, Isabel Marant, 920 €. Caraco en coton, Armor Lux, 28,40 €.



Source link

Autres articles

Des baskets de Kanye West vendues 1,8 million de dollars, record pulvérisé

info mode

Pendant la semaine de la mode, Paris n’est plus une fête

info mode

les enseignements d’Adrien Garcia et de sa marque Réuni

info mode

Portées par les plus grands, les cravates E.Marinella, symboles de l’artisanat italien

info mode

Plus de 2 000 emplois seront supprimés chez Kidiliz

info mode

les conseils de Tmall Luxury

info mode