mylovehair.com
Infos Mode

« Les gens ne veulent plus échanger leur vie privée contre des services gratuits »


« Les gens ne veulent plus échanger leur vie privée contre des services gratuits »

Les monopoles technologiques ont-ils vécu ? Les géants du net devront
en tout cas faire face à une gronde d’une ampleur inédite cette année. Dans
le monde entier, les gouvernements font pression pour une surveillance
accrue des grandes entreprises technologiques. Aux Etats-Unis, la
plateforme Facebook est inculpée pour abus de position dominante depuis
plusieurs semaines et Google est désormais visé par une troisième plainte
antitrust concernant les pratiques monopolistiques du moteur de recherche
sur le marché de la publicité en ligne. Cette plainte a été déposée par le
procureur général du Texas, Ken Paxton, au nom d’une coalition de
10 Etats. « Pour consolider sa domination sur le marché de la publicité en
ligne, Google a violé de manière répétée et effrontée les lois antitrust et
de protection des consommateurs », affirme la coalition.

« Google est un monopole de mille milliards de dollars qui abuse
effrontément de son pouvoir monopolistique, allant jusqu’à inciter les
cadres supérieurs de Facebook à accepter un schéma contractuel qui sape le
cœur du processus concurrentiel », accuse Ken Paxton. « Dans ce monopole
publicitaire sur un marché électronique, Google fait essentiellement du
commerce sur des “informations d’initiés” en agissant à la fois comme
lanceur, receveur, batteur et arbitre. » Parmi les accusations, figure
aussi celle de collusion entre Google et Facebook pour réduire la
compétitivité des technologies. En résumé, le procureur général du Taxas
accuse tout simplement d’être de mèche avec Facebook dans plusieurs
domaines, notamment dans l’obtention de données personnelles via la
messagerie WhatsApp.

Cette pression étatique trouve un puissant écho chez les
consommateurs. Un total de 25 millions d’utilisateurs a rejoint la
messagerie sécurisée Telegram lors des dernières 72 heures, a annoncé mardi
son fondateur russe, Pavel Dourov. Une conséquence de l’annonce par
l’application concurrente WhatsApp de son intention de partager davantage
de données avec sa maison-mère facebook. « Les gens ne veulent plus
échanger leur vie privée contre des services gratuits. Ils ne veulent plus
être pris en otage par des monopoles technologiques», a ajouté le
milliardaire de 36 ans.

Sanctions de 10 pour cent du CA pour de graves infractions à la
concurrence

En Europe aussi, la pression contre les grandes entreprises
technologiques s’accentue. « Le temps est venu pour l’Europe de fixer des
règles fortes pour notre avenir numérique » indiquait mi-décembre la
Commission Européenne dans un communiqué. Un arsenal de regles et de
sanctions « radicales et dissuasives » a été présenté en fin d’année afin
de mettre au pas Amazon, Facebook, Microsoft, Apple et Google. Ces
sanctions iront jusqu’à 10 % du chiffre d’affaires pour de graves
infractions à la concurrence, et dans les cas extrêmes, pourront déboucher
sur démantèlement, c’est à dire une obligation de céder des activités en
Europe. Ce projet sera encore négocié pendant au moins un an avec le
Parlement européen et les États membres.

Concrètement, l’exécutif européen va proposer deux législations
complémentaires pour combler les failles juridiques dans lesquelles
s’engouffrent les Gafa. Les partenaires et rivaux de Google – éditeurs,
adtech et agences médias européens – ont reçu avant Noël un questionnaire
détaillé pour identifier de potentielles pratiques anti-concurrentielles.
Ils ont jusqu’au 22 janvier pour répondre. Thierry Breton affiche quant à
lui sa confiance : le commissaire européen au Marché intérieur s’est dit
convaincu vendredi qu’un accord finira par être conclu au sujet de la
taxation des géants du numérique, y compris avec les Etats-Unis. L’enjeu
est capital. Les géants du net (qui face à cette offensive préparent un
lobbying féroce) ne sont plus seulement accusés de décapiter le petit
commerce et de menacer le libre-jeu de la concurrence, ils sont aussi
désormais accusés de mettre en danger à la fois l’économie mais aussi la
démocratie.

Crédit photo: Unsplash



Source link

Autres articles

l’industrie du jade, toujours aussi opaque et dangereuse malgré les promesses  

info mode

les frères Dayan officiellement acquéreurs des actifs de la marque

info mode

Les commerces britanniques face à une crise historique

info mode

La Caserne, premier incubateur de mode responsable à Paris ouvrira ses portes début 2021

info mode

Les ventes aux enchères en ligne de bijoux vintage ont pulvérisé les records pendant le confinement

info mode

Les principales erreurs commises dans la gestion des stocks

info mode