mylovehair.com
Infos Mode

Les métiers de la mode bousculés par la pandémie


En février, tout était encore « comme d’habitude », se souvient Sybille Darricarrère Lunel, directrice des achats pour la femme, la lingerie et l’enfant aux Galeries Lafayette. « Comme d’habitude », elle avait suivi les défilés physiques de la Fashion Week avec ses équipes pour décider quelles pièces seraient vendues dans les rayons. « Comme d’habitude », elle avait passé directement commande pour les six mois de l’automne-hiver 2020 : la saison complète. Une pandémie plus tard, en septembre, c’est essentiellement en ligne qu’elle a découvert les collections de l’été 2021 – « il a été très difficile d’avoir des émotions et de ressentir une énergie à partir de vidéos, hormis Balenciaga » – et son calendrier d’achats est chamboulé. « Désormais, dit-elle, on pilote à vue. On n’achète plus la marchandise pour six mois en attendant de l’écouler, mais d’un mois sur l’autre, avec des options annulation, report, passage d’une saison à l’autre. » A son image, tout un pan de l’industrie de la mode se retrouve heurté par la crise, obligeant ceux que le grand public ne voit jamais – acheteurs, consultants, conseillers en marketing, stylistes dans des bureaux de tendance – à travailler différemment, à s’adapter, à naviguer aussi prudemment que possible à un moment où la mode vit en sous-régime.

Enquête : En pleine pandémie, la mode cherche un modèle vertueux

Plus question de voyager, par exemple. « La différence majeure quand on découvre une collection à distance est qu’on perd la vue directe et le toucher », témoigne Brigitte Chartrand, vice-présidente des achats de prêt-à-porter féminin pour le e-shop Ssense, qui, depuis Montréal, plébiscite, entre autres, cette saison le minimalisme luxueux de Jil Sander ou les silhouettes acidulées de Miu Miu. « On en est réduit à essayer d’imaginer comment le produit peut rendre, à partir des informations sur la composition et la matière que le vendeur nous fournit. »

Reconquérir une clientèle locale

Cloués au sol, ceux qui font de la prospective et cherchent à déceler de futures tendances doivent capter autrement des signaux sur l’attitude des consommateurs. « Notre œil s’est recadré géographiquement et culturellement », constate Vincent Grégoire, « tendanceur » qui reçoit dans un salon de l’hôtel Cromot du Bourg, bel hôtel particulier XVIIIe qu’occupe depuis deux ans son employeur, le cabinet NellyRodi. Il avait l’habitude d’aller « six ou sept fois par an en Corée du Sud » pour humer l’époque et transformer ses observations en des recommandations aux marques de mode. « Demain, j’ai un déplacement… à Lille », sourit-il. Comme lui, ceux qui font vivre le secteur ont troqué les visites de collections en showrooms par des présentations aplaties par la vidéo, les chaleureux cafés par des réunions Zoom à l’ordre du jour prédéfini.

Il vous reste 66.01% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.



Source link

Autres articles

Semaine de mode numérique internationale : le pari de FNL

info mode

Le complexe commercial Lillenium ouvre ses portes ce 25 août dans un climat incertain

info mode

Desigual lance son accélérateur de startups avec Plug and Play

info mode

Comment les influenceurs diversifient leurs sources de revenus ?

info mode

rappel des titres de la semaine passée

info mode

Comment interpréter la collection mode d’Ikea ?

info mode