mylovehair.com
Infos Mode

l’inventivité de la culture urbaine sud-africaine


Johannesburg – Un vrai défilé de mode: les jeunes gens
qui font la queue devant cette boutique d’un quartier aisé de Johannesburg
pour acheter en avant-première un modèle exclusif de basket américaine,
présentent aux pieds une panoplie audacieuse et colorée de modèles.

Dans les grandes villes d’Afrique du Sud, la jeunesse rivalise
d’inventivité et soigne ses baskets. Elles signent une singularité, elles vous
font remarquer, elles disent votre position sociale.
“Tes chaussures racontent ton histoire”, explique à l’AFP Rasik “Mr.ëksê”
Green, débardeur et casquette, en mettant les dernières touches à une peinture
murale dans le quartier branché de Maboneng. Ce graffeur, baskets défoncées
grisâtres aux pieds, dessine aussi des paires neuves pour leur offrir un
design unique.

Dans ce pays multiculturel, avec des gens de toutes les couleurs et douze
langues officielles, les baskets sont une façon d’exprimer d’où l’on vient.
“On sait tous que les gens du Cap (sud) sont branchés ‘bubbles’”, ces
grosses tennis à semelle épaisse. “A Soweto, c’est plutôt les Converse”
américaines, coupées bas ou montantes. “C’est un genre de code”.
Les jeunes Sud-Africains, héritiers d’une culture musicale riche, baignent
aussi dans celle du hip-hop américain.

Les “chasseurs de baskets”, dans le pays le plus industrialisé d’Afrique,
collectionnent et échangent des modèles du monde entier propulsés, encore
davantage en temps de confinement, par les achats en ligne.
En 2019, la marque américaine Reebok collabore avec une star du rap
sud-africain, AKA : 800 paires de ce modèle SneAFA se vendent en dix minutes
sur le site.

Gangsters et contestataires

Couleurs vives, râpées par l’usure ou en cuir mat audacieux, ces chaussures
s’inscrivent en Afrique du Sud dans une image urbaine aux multiples facettes.
Autrefois liées aux gangsters des townships des années 1980, les Chuck
Taylor, montantes de la marque Converse renforcées en latex sur le pourtour,
se sont démarquées de leur image sulfureuse.

“Mes parents ne voulaient pas que j’en achète, elles étaient associées à
une culture du crime”, se souvient Hector Mgiba, 28 ans, grand collectionneur
à Soweto. Adolescent, il brave l’interdit parental et économise pour s’offrir
une paire d’occasion.

Ces chaussures évoquaient aussi le “pantsula”, danse urbaine contestataire
née dans les townships de Johannesburg, tenues chics chemise-pantalon avec des
pas ultra-rapides.
Elles ont été relancées encore par l’émergence du kwaito, style musical
répandu depuis les années 1990 par la jeunesse post-apartheid, née avec la
démocratie.

En ville, beaucoup de branchés jeunes et moins jeunes en portent encore
aujourd’hui, associées à un costume, une veste bien taillée.
Récemment des entrepreneurs sud-africains se sont lancés dans l’aventure,
proposant des modèles créatifs.

Gamin, il ne pouvait pas s’offrir les dernières baskets. Alors le designer
Lakau Sehoana a fabriqué sa première paire à partir de chaussures déchirées,
un bout de jean et de plastique. Aujourd’hui sa marque, Drip, créée en 2019 et
identifiable à ses modèles aux couleurs vives, compte cinq boutiques.
Une autre marque locale, “Bathu”, terme d’argot zoulou, se fait remarquer
pour ses maillages sophistiqués et ses semelles zébrées.

Une de ses éditions limitées s’est vendue l’équivalent de plus de 20 000
euros la paire. “Impensable il y a trente ans”, commente le graffeur Green. (AFP)

Crédit : Unsplash



Source link

Autres articles

Milan Fashion Week : programme d’un retour physique

info mode

les régions montent au front pour offrir des masques « made in France »

info mode

Quatre pièces incontournables pour le printemps-été 2022

info mode

Des enseignes de mode moldaves participent à des rencontres numériques

info mode

Asos cède une part de Topshop à l’américain Nordstrom

info mode

le créateur est un enfant comme les autres

info mode