mylovehair.com
Infos Mode

L’UNESCO et la Fondation L’Oréal mettent à l’honneur cinq femmes scientifiques d’exception


Ce prix récompense cinq femmes scientifiques d’exception issues de différentes régions du monde, pour l’excellence de leurs travaux dans le domaine des sciences de la vie. Les Lauréates recevront chacune 100 000 €.

22 années d’engagement pour les femmes et la science

 

À l’échelle mondiale, les femmes continuent de ne représenter que 29 % des chercheurs[1]. Si elles sont plus nombreuses dans certaines disciplines, le plafond de verre reste une réalité pour la recherche dans son ensemble. Ainsi, les hommes occupent 89 % des hautes responsabilités académiques en Europe[2] et seulement 3 % des Prix Nobel scientifiques ont été décernés à des femmes.

 

Forts de la conviction que le monde a besoin de science, et que la science a besoin des femmes, la Fondation L’Oréal et l’UNESCO sont engagés pour la promotion des femmes de science, afin de les rendre plus visibles, de faire connaître leur talent et d’inspirer des vocations.

Depuis 1998, 112 lauréates ont été primées, et plus de 3 300 jeunes scientifiques, doctorantes et post-doctorantes talentueuses, ont été accompagnées et mises à l’honneur dans 118 pays grâce au programme Pour les Femmes et la Science.

 

En 2020, le Prix international L’Oréal-UNESCO Pour les Femmes et la Science récompense des chercheuses dont les travaux sont particulièrement remarquables dans le domaine des sciences de la vie :  biotechnologie, écologie, épigénétique, épidémiologie ou encore infectiologie.

 

Portraits de femmes d’exception

 

Lauréate pour l’Afrique et les États Arabes

Professeure Abla MEHIO SIBAI est récompensée pour ses travaux pionniers et son engagement pour l’amélioration du vieillissement en bonne santé dans les pays à faible et moyen revenu et pour leurs impacts sur les politiques et programmes sanitaires et sociaux.

Elle est Professeure d’épidémiologie à la Faculté des Sciences de la santé de l’Université américaine de Beyrouth, au Liban.

 

Lauréate pour l’Amérique Latine


Professeure Esperanza MARTÍNEZ-ROMERO est récompensée pour ses recherches pionnières sur l’utilisation de bactéries respectueuses de l’environnement pour favoriser la croissance des plantes, dans le but d’augmenter la productivité agricole tout en réduisant l’utilisation d’engrais chimiques.

Elle est Professeure en Sciences de l’environnement au Centre des Sciences génomiques de l’Université nationale de Mexico, au Mexique.

 

Lauréate pour l’Amérique du Nord

Professeure Kristi ANSETH est récompensée pour sa contribution exceptionnelle à la convergence de l’ingénierie et de la biologie, afin de développer des biomatériaux innovants aptes à promouvoir la régénération tissulaire et un ciblage plus efficace des médicaments.

Elle est Professeure émérite, Professeur Tisone et Professeure associée en Chirurgie à l’Université du Colorado aux États-Unis.

 

Lauréate pour l’Asie-Pacifique

Docteure Firdausi QADRI est récompensée pour ses travaux exceptionnels pour la compréhension et la prévention des maladies infectieuses touchant les enfants des pays en voie de développement, ainsi que pour la mise en place d’un diagnostic précoce et d’une campagne de vaccination ayant un impact sur la santé mondiale.

Elle est Chercheuse sénior, Chef de l’Unité d’Immunologie mucosale et de Vaccinologie au sein de la Division des Maladies infectieuses du Centre international pour la Recherche contre les Maladies diarrhéiques à Dhaka au Bangladesh.

 

Lauréate pour l’Europe

Professeure Edith HEARD, FRS[3], est récompensée pour ses découvertes fondamentales sur les mécanismes régissant les processus épigénétiques permettant aux mammifères de réguler l’expression correcte des gènes, essentielle à la vie.

Elle est directrice générale du Laboratoire de Biologie moléculaire européen, Heidelberg, Allemagne, Chaire d’épigénétique et mémoire cellulaire au Collège de France, Paris, France, et ancienne Directrice de l’Unité de Génétique et Biologie du développement à l’Institut Curie. Elle est également « Fellow of the Royal Society » : membre de l’Académie des Sciences britannique.



[1] Rapport de l’UNESCO sur la science vers 2030 (2015)

[2] Enquête du Boston Consulting Group pour la Fondation L’Oréal (2013) portant sur 14 pays (Afrique du Sud, Allemagne, Argentine, Brésil, Chine, Egypte, Espagne, Etats-Unis, France, Inde, Indonésie, Japon, Maroc, Royaume-Uni).

[3] Fellow of the Royal Society : membre de l’Académie des Sciences britannique.



Source link

Autres articles

que révèlent les campagnes de mode sur notre époque ?

info mode

PETA passe aux actions pour sauver la peau des animaux

info mode

Made in France revampé pour son retour le 1er et 2 septembre

info mode