mylovehair.com
Infos Mode

malgré la pandémie, les ouvriers se ruent au travail


Shimulia (Bangladesh) – Des centaines de milliers de
Bangladais ont pris d’assaut trains et cars afin de retourner travailler
samedi, le gouvernement ayant annoncé la réouverture des ateliers de
confection exportateurs, malgré une nouvelle vague meurtrière de coronavirus
dans le pays.

Alors que l’économie du pays d’Asie du Sud-Est a été particulièrement
touchée par la pandémie, le gouvernement a exclu les usines fournissant les
principales marques en Europe et en Amérique du Nord du nouveau confinement
imposé à l’ensemble de la population.

Les autorités ont ordonné que les usines, bureaux, transports et magasins
soient fermés à compter du 23 juillet jusqu’au 5 août, le nombre de nouveaux
cas et de décès atteignant des niveaux records.

Officiellement, le Bangladesh a recensé 1,2 million de cas et plus de
20 000 morts depuis le début de l’épidémie mais les experts estiment que le
bilan réel est quatre fois supérieur.
Malgré le confinement, le gouvernement a annoncé que les 4 500 ateliers de
confection du pays, qui emploient quatre millions de personnes, pourront
rouvrir à partir de dimanche, provoquant une ruée vers les pôles industriels.
Très influents, les propriétaires de ces ateliers avaient alerté sur les
conséquences “catastrophiques” qu’aurait leur incapacité à répondre à temps
aux commandes de leurs clients étrangers.

Plusieurs centaines de milliers d’ouvriers, rentrés dans leurs villages
afin d’y passer le confinement et y fêter l’Aïd al-Adha, la principale fête
religieuse musulmane, tentaient samedi de rejoindre la capitale, Dacca, par
tous les moyens, certains n’hésitant pas à marcher sous la mousson.

Signe de cette affluence exceptionnelle, plusieurs dizaines de milliers
d’ouvriers ont attendu des heures pour pouvoir monter dans un des bateaux
quittant la gare de ferry de Shimulia, à 70km au sud de Dacca.
“La police a effectué de nombreux contrôles et le ferry était plein à
craquer”, a expliqué à l’AFP un de ces ouvriers, Mohammad Masun, 25 ans, qui a
quitté son village à l’aube, marchant plus de 30 km avant de prendre des
rikshaws, pour atteindre l’embarcadère.

“C’était une course effrénée pour rentrer à la maison lors de l’annonce du
confinement et maintenant nous éprouvons les mêmes difficultés pour retourner
au travail”, a déploré un autre ouvrier, Jubayer Ahmad, interrogé par l’AFP.
Deuxième exportateur de textile après la Chine, le Bangladesh, 169 millions
d’habitants, a vu cette industrie devenir l’une des pierres angulaires de son
économie.

Selon le vice-président de l’Association bangladaise des fabricants et
exportateurs de tissus, Mohammad Hatem, des commandes pour près de trois
milliards de dollars risquaient d’être perdues pour l’industrie si les usines
étaient restées fermées.
“Les grandes marques seraient allées se fournir dans d’autres pays”, a-t-il
assuré à l’AFP. (AFP)

Crédit : MUNIR UZ ZAMAN / AFP



Source link

Autres articles

Raidlight relance un atelier en Isère

info mode

Le reconfinement fragilise encore le commerce parisien

info mode

tendance de la saison automne/hiver 2021

info mode

Réduire les voyages inutiles, repenser les défilés… lettre ouverte pour un changement profond de la mode

info mode

peut-être le jean le plus résistant du monde

info mode

Robin Givhan au « Washington Post », de la critique mode aux questions ethniques

info mode