mylovehair.com
Infos Mode

« Nous occupons une position unique »


Dix-huit marques de mode biélorusses ont approfondi leur expansion dans l’Union européenne au cours des deux dernières années. Suite au Coronavirus, elles ont toutefois rencontré des difficultés supplémentaires. Aujourd’hui, elles sont en train de les surmonter courageusement. Nikolai Morozov du label Morozov et Larissa Balunova de Balunova nous parlent des défis et des opportunités rencontrés, ainsi que du projet auquel ils participent avec des entreprises de Moldavie : Ready to Trade.

Le plus grand défi rencontré par les entreprises biélorusses au cours de ces derniers mois ? Le report des salons de la mode en Europe. Après une vingtaine de formations dans le domaine du marketing, de la gestion et de la production, diverses visites de salons et la préparation de leur site Internet international, leur présence aux salons de la mode aurait été la prochaine étape. Ils étaient tout à fait prêts, et puis, tout a été annulé.

Entre-temps, les marques de vêtements pour femmes se sont ressaisies. L’accent est désormais mis sur la mise en relation en ligne entre les marques de mode biélorusses et les entreprises de l’Union européenne, explique le coordinateur du projet Andrei Fedarau. Les marques bénéficient désormais de formations plus axées sur le commerce électronique, sur le commerce en ligne efficace et sur toutes sortes de règles relatives aux droits d’importation. La mise en relation en ligne pourra réellement démarrer dans les mois à venir.

Les entreprises de mode biélorusses se développent dans l’UE

Morozov et Balunova sont deux entreprises
participant au projet Ready to Trade de la CBI (Centre pour la promotion des importations en provenance des pays en développement www.cbi.eu) en collaboration
avec l’ITC (Centre du commerce international. www.intracen.org) au nom de l’Union européenne et avec l’aide d’experts de l’industrie. Pourquoi veulent-ils étendre leurs activités dans l’UE ?

« La Biélorussie est à la fois proche de la Russie et de l’Union européenne, il serait dommage de ne pas exploiter ces opportunités », déclare Nikolai Morozov. Avec son label de mode féminine (d’affaires) dans le segment moyen-élevé, il a déjà fait des affaires avec des clients tchèques, polonais et allemands, mais il souhaite désormais également servir d’autres pays de l’UE. « En participant au projet CBI, j’ai acquis beaucoup plus de confiance en moi pour réellement y parvenir. »

Larissa Balunova a vu des opportunités dans l’UE après avoir participé à la Belarus Fashion Week. « De nombreux professionnels européens de la mode sont venus me voir avec des retours positifs, dont des acheteurs et des journalistes de mode. Ils ont dit que ma marque conviendrait parfaitement au marché européen. » Son objectif est de faire des affaires avec des boutiques en ligne populaires dans l’UE. En ce qui concerne les magasins physiques, elle pense que sa marque de mode pour femmes, dotée d’une coupe minimaliste et d’imprimés amusants, conviendrait parfaitement aux grands magasins et aux boutiques. Elle envisage donc de collaborer avec un agent avec showroom.

Avantages d'un partenariat avec des marques de mode biélorusses : « Nous occupons une position unique »

Les avantages pour les entreprises européennes

Selon Morozov, les marques de mode biélorusses occupent également une position unique sur le marché, car elles peuvent bien observer ce que veulent les clients en Russie et dans l’UE. « Nos créations sont donc un mélange unique », explique le créateur de mode.

L’identité des créations biélorusses est renforcée par la situation politique actuelle dans le pays, selon Morozov. Les créateurs de mode ont besoin de s’exprimer à travers leurs vêtements. Balunova ajoute : « Cela correspond à la tendance de notre pays à élever la voix de manière pacifique contre le gouvernement, non par la violence, mais à travers la mode. »

Potentielles collaborations

Les marques sont également ouvertes à toutes sortes de collaborations. Morozov pense ainsi que le partage des connaissances avec un bureau de tendances dans l’UE peut être bénéfique pour les deux parties. Il peut en outre aider les marques qui souhaitent produire leurs propres collections en Biélorussie. « Comme nous jouissons d’une position géographique privilégiée, nous assurons une grande rapidité d’exécution », dit-il. « Et cela signifie également que nous pouvons produire des collections de qualité élevée à un prix attractif. »

Balunova : « Nous avons acquis de l’expérience dans tous les domaines du processus de production. Nous concevons des collections, nous créons des modèles, nous détenons de vastes connaissances sur les aspects techniques de la mode et nous pouvons fabriquer le produit. Nous disposons de matériels et de logiciels appropriés, ainsi que d’un personnel qualifié. »

Ready to Trade

Le projet Ready to Trade est financé par EU4Business, une initiative destinée aux PME des pays du partenariat oriental de l’UE. Pour plus d’informations sur
ce programme, cliquez ici. Pour plus d’informations sur
les entreprises participantes, cliquez ici.



Source link

Autres articles

L’actrice Emma Watson, nouvelle administratrice du groupe de luxe Kering

info mode

Des masques signés par des artistes reconnus vendus au profit des artistes en difficulté

info mode

Le développement durable dans l’industrie de la mode

info mode

sept nouveaux concepts de magasins

info mode

Prisé par les clients asiatiques, le luxe retrouve son lustre malgré l’épidémie

info mode

Usine, atelier, siège social… les nouveaux podiums de la Milan Fashion Week

info mode