mylovehair.com
Infos Mode

Oakwood : discrète et patrimoniale


Tout le monde ou presque a un cuir Oakwood dans son dressing. Tout le
monde ne le sait pas. Ce blouson « doudou », ce cuir refuge, seconde peau,
parfois oublié dans le placard mais qu’on retrouve et ressort à chaque fois
avec plaisir. Oakwood, c’est un peu tout cela. Une marque de pièces à
manches essentiellement (blousons, parkas, doudounes…) française, qui
avance, sans tapage mais sûrement, depuis son lancement, en 1985. Une
entreprise indépendante, dirigée par la famille Arditi, fondateur de Cuir
Diffusion, qui exploite la marque. La maison, basée en région parisienne,
surfe sur un esprit lifestyle et une gamme très large (environ 250
références) pour répondre à tous les publics. « Notre ADN est vraiment
d’habiller tout le monde. Nous sommes transgénérationnels, avec des
produits intemporels, mais aussi plus mode. Un produit Oakwood peut -être
interprété très différemment selon la façon de le coordonner. Il sera mode,
urbain, mainstream. Nous avons une très vaste typologie de produits et
c’est l’une de nos forces », explique Elisabeth Hanser, la directrice
commerciale. De fait, le jogpant à taille coulissée en cuir souple, le slim
en cuir stretch, ultra trendy n’auraient pas à rougir sur les podiums. Dans
un autre registre l’un des best sellers, la doudoune cintrée et
ultra-légère « Happy » se décline sur tous les registres.

Oakwood : discrète et patrimoniale

L’autre atout de la marque reste la grande qualité des produits, coupés
dans des peausseries soignées (mouton, buffle, chèvre) souples et légères,
aux détails impeccables et souvent techniques : contrecollage intérieur,
finitions lavées, cuir bicolore, produits thermorégulateurs dotés du label
Thynsulate… Le tout à des prix justes (389 euros en moyenne pour une
doudoune). « Nous sommes premium dans certains points de vente, et plus
entrée de gamme chez des spécialistes haut de gamme », indique Elisabeth
Hanser. Tout ceci la distingue de concurrents plus « chers », classés plus
techniques, urbains ou plus « outwear ». Depuis cinq ans, Oakwood propose
également une ligne textile (toujours des vestes, manteaux), en complément,
des produits ad hoc en drap de laine pour l’hiver, qui se marient bien avec
le cuir.

C’est pour montrer cet univers riche que la marque a ouvert, hélas peu
avant le nouveau confinement, son pop-up de 90 mètres carrés avec un
partenaire de choix dans le centre-ville de Lyon. Pour autant, la griffe
ne souhaite pas développer un réseau. Elle reste fidèle à son identité de
fabricant de vêtements de cuir, distribué en multimarques, autour de 1000
points de vente en Europe.

Oakwood : discrète et patrimoniale

« Bien sûr cela a été un choc pour nous, souligne Elisabeth Hanser à
propos du confinement de ce printemps. La plupart de nos marchés, France,
mais aussi Belgique, Royaume-Uni, Allemagne, ont chuté. Mais ce n’était pas
la plus mauvaise période pour nous : en tant que marque de cuir, nous
faisons l’essentiel de chiffre d’affaires, 20 millions d’euros, dont 60
pour cent en France, pendant la saison d’hiver. Et actuellement, nous avons
déjà livré 95 pour cent de nos collections ».

Oakwood travaille beaucoup en réassort, sans minima de commandes, afin
de servir aux mieux ses partenaires multimarques. Ce qui lui permet au fil
de la saison, d’adapter son offre. Et, dans le droit fil d’une ligne
conduite sustainable, de ne pas favoriser la surproduction. « A ce propos,
on ne répète pas assez que le cuir est une matière recyclée pour
l’habillement », souligne encore la dirigeante. La filière, bien avant les
autres, a pratiqué l’économie circulaire, la récupération des peaux.

Crédit: Oakwood



Source link

Autres articles

Lumières et catharsis au premier défilé de Dior post-Covid en Italie

info mode

peut-être le jean le plus résistant du monde

info mode

ce que portent désormais les femmes sous leurs vêtements

info mode

la maison-mère chinoise envisage une cotation à Hong Kong

info mode

comment les détaillants adaptent-ils leur planning d’achat ?

info mode

Authentic Brands – SPARC Group vont acquérir la Brooks Brothers

info mode