mylovehair.com
Infos Mode

Ongles ornés, cils ultra-longs, corps hypersexualisés… faux et fiers de l’être


Par Julie Lasterade

Publié aujourd’hui à 10h00, mis à jour à 10h02

Ce soir du 27 septembre, elle s’est présentée sur le plateau du « Late Late Show », une émission diffusée sur la chaîne américaine CBS, moulée dans une robe bustier fendue et perchée sur des talons vertigineux. Ses extensions de cheveux blonds tombaient en cascade jusqu’aux reins, de faux cils charbonneux balayaient ses yeux. Mais c’est un autre détail de l’apparence de Khloé Kardashian qui a retenu l’attention de l’animateur star James Corden. « Oh mon dieu, regardez ces ongles ! », s’est-il exclamé pendant que son invitée s’asseyait sur le sofa et que le cameraman zoomait sur la main droite de la vedette de la télé-réalité. « Je n’en ai jamais vu d’aussi pointus ! », a-t-il ajouté.

Khloe Kardashian, starlette apparue dans 20 saisons de la série « L’Incroyable famille Kardashian », influenceuse aux 192 millions d’abonnés sur Instagram, s’est donc retrouvée à expliquer comment elle arrivait à vivre avec des ongles aiguisés comme des talons aiguilles, changer les couches de sa fille ou trancher des sachets de noix d’un trait d’index. La séquence a duré deux minutes. La jeune femme n’était pas venue parler manucure, mais ce soir-là, ses prothèses ongulaires ont crevé l’écran.

« Ces artifices, qui évoquaient la figure de la cagole, ne sont plus associés à une classe populaire. Les codes se mélangent. » Sophie Barel, doctorante

Cinq centimètres de long, taille double XXL, french manucure (un trait de vernis blanc sur le bord des ongles), le tout avec une finition particulière, la pose américaine. Cette dernière technique à la mode, qui consiste à coller une sorte de fine gelée solidifiée sur les ongles naturels, autorise des effets dignes de l’architecture de Gaudí : longueurs démesurées, formes carrées, en amande, arrondies, ornements avec incrustations de cristaux Swarovski…

A des milliers de kilomètres de là, à Paris, Colline Da Graça, la trentaine élégante, est une habituée du procédé. « Plus ça va, plus je fais long, raconte-t-elle en agitant des prothèses ongulaires de 4 centimètres. Il n’y a rien que je n’ose pas. » Il y a un an, Lili Creuk, nail artist (« artiste ongulaire ») et diplômée des Beaux-Arts de Caen, lui avait calligraphié, du majeur à l’auriculaire, des paroles très crues du rappeur français Alkpote. Ce mardi d’octobre, installée pour deux heures dans un petit institut du 2e arrondissement de Paris, la jeune femme, qui a un mariage quelques jours plus tard, opte pour une formule de saison un peu plus sobre. Des extensions XL et un motif marbré citrouille et gris suffiront. Coût de la prestation : 90 euros environ. Dans trois semaines, elle changera de motif et de prothèses.

Il vous reste 80.58% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.



Source link

Autres articles

Quand à deux, c’est mieux, ou les collaborations entre créateurs de mode

info mode

Le « Dirndl », une robe alpine plus en vogue que jamais

info mode

Amazon Prime Day, une édition pas comme les autres

info mode

Tour du monde d’initiatives inspirantes par business France

info mode

À quoi ressemble le marché de la mode grande taille aujourd’hui ?

info mode

Lancement de la carte Seconde Vie à la Réunion

info mode