mylovehair.com
Infos Mode

Plombé par la pandémie, LVMH entrevoit la reprise en Asie


Paris – LVMH a vu son activité lourdement chuter au
premier semestre en raison de la pandémie de Covid-19, mais le numéro un
mondial du luxe a fait état lundi de “signes encourageants de reprise” et
notamment d’un “fort rebond” en Chine, son marché-clé.

“Je ne crois pas avoir jamais vu un alignement des planètes qui soit aussi
négatif”, a résumé Jean-Jacques Guiony, directeur financier du groupe, lors
d’une conférence téléphonique.

Au cours du deuxième trimestre, les ventes du groupe aux 75 “maisons” –
Louis Vuitton, Dior, Guerlain, Fendi, Dom Pérignon ou encore Bulgari – ont
plongé de 38 pour cent, à 7,79 milliards d’euros, en raison de la fermeture
de nombreux
magasins et sites de production dans le monde et de l’arrêt des voyages
internationaux.

Sur l’ensemble du semestre, LVMH a engrangé 18,4 milliards d’euros de
chiffre d’affaires, soit une baisse de 28 pour cent sur un an. Son bénéfice
net s’est
écroulé de 84 pour cent, à 522 millions d’euros, tandis que sa marge
opérationnelle
ressort à 9 pour cent, contre 21 pour cent un an plus tôt.
“LVMH a fait preuve au premier semestre d’une résistance exceptionnelle
face à la grave crise sanitaire que le monde traverse. Nos maisons ont
témoigné d’une agilité remarquable pour mettre en place des mesures
d’adaptation de leurs coûts et accélérer le développement des ventes en
ligne”, a estimé le PDG Bernard Arnault, cité dans le communiqué.

Il a souligné que même si “des signes vigoureux de reprise de l’activité
se
font sentir depuis le mois de juin, nous restons très vigilants pour le
reste
de l’année. Grâce à la puissance de ses marques et à la réactivité de son
organisation, nous sommes convaincus que LVMH est en excellente position
pour
profiter de la reprise qui, nous l’espérons, se confirmera au second
semestre”, ajoute-t-il.

LVMH fait état d’une “forte reprise en Chine”, marché-clé pour ses
marques,
et indique que l’Asie (hors Japon) – où il a réalisé 34 pour cent de ses
ventes sur le
semestre – “connaît une amélioration notoire des tendances”.

Plus de ventes en ligne

“L’impact de l’épidémie sur les ventes et les résultats annuels ne peut
être précisément évalué à ce stade, sans connaître le calendrier de retour à
la normale dans les différentes zones d’implantation”, prévient le groupe,
indiquant qu’il va “renforcer encore sa politique de maîtrise des coûts et
de
sélectivité des investissements”.

“Le mois de juillet connaîtra certainement des améliorations par rapport
à
juin”, a prudemment indiqué Jean-Jacques Guiony, qui s’interroge: “Est-ce
que
ce sera un retour à la normale linéaire? Je ne peux pas savoir”.
Locomotive du groupe, la division Mode et Maroquinerie a vu ses ventes se
replier de 24 pour cent au premier semestre. Outre une reprise de l’activité en
Chine,
LVMH annonce également qu’une “amélioration progressive est observée depuis
mai en Europe et aux Etats-Unis”.

S’il ne divulgue jamais les performances financières griffe par griffe, le
groupe indique que son mastodonte Louis Vuitton “maintient sa rentabilité à
un
niveau exceptionnel” et que Christian Dior “fait preuve d’une résilience
remarquable”.
“Les autres marques de mode poursuivent leur renforcement créatif pour
profiter du retour progressif à la normale mais ont souffert davantage de la
situation”, détaille le communiqué.

Deuxième pôle du groupe, la Distribution sélective – Sephora, DFS – a
particulièrement souffert (-33 pour cent de baisse des ventes sur le
semestre) en
raison notamment de la fermeture des aéroports.
L’activité Vins et Spiritueux voit son chiffre d’affaires reculer de 23
pour cent,
et les Parfums et Cosmétiques de 29 pour cent.

Le géant du luxe a également fait état d’une “accélération sensible des
ventes en ligne” au cours des mois marqués par les mesures de confinement
dans
le monde, qui ont “compensé en partie seulement l’effet sur les ventes de la
fermeture des boutiques“, sans donner de détails chiffrés.(AFP)

Crédit : Unsplash



Source link

Autres articles

les grandes tendances de l’après Covid

info mode

Le salon horloger de Bâle (Baselworld) renonce à l’édition 2021

info mode

Un Jour Ailleurs trébuche à son tour

info mode