mylovehair.com
Infos Mode

Près de 150 grandes entreprises ont fait faillite au deuxième trimestre de 2020


Au deuxième trimestre 2020, près de 150 grandes entreprises dans le
monde (chiffre d’affaires de plus de 50 millions d’euros) ont fait
faillite, selon les économistes de l’assureur-crédit Euler Hermes. C’est
deux fois plus que l’an dernier.

Davantage d’entreprises font faillite au deuxième trimestre 2020

Au deuxième trimestre 2019, 77 grandes entreprises ont fait faillite,
cette année il y en a eu 147, indique l’étude. Il s’agit d’une augmentation
de plus de soixante-dix cas par rapport au premier trimestre 2020.
L’augmentation est la plus importante en Europe occidentale. Et cela ne
risque pas de s’arranger estime la société, selon laquelle, au niveau
mondial, le nombre de faillites augmentera de +35 pour cent d’ici fin
2021.

A noter que les entreprises les plus touchées par la faillite concernent
le secteur du commerce de détail (52 entreprises). Les secteurs
vulnérables, selon Euler Hermes, sont les transports, la vente au détail,
l’automobile, la construction, le divertissement, la restauration et les
services aux entreprises.

Les entreprises qui ont échoué à renflouer les trois premiers mois de
2020 inclut notamment Didi (faillite en janvier 2020), Sandwich (faillite
en avril), Babous (faillite en mai) et Camaïeu (faillite en mai). L’une des
faillites les plus notables de ces derniers mois, au-delà du résultat de
l’enquête, a été celle de FNG , maison mère de enseignes de mode telles que
Miss Etam, Claudia Sträter, Brantano et Steps. Avant la crise du
coronavirus, l’entreprise avait déjà plusieurs dettes importantes.

Le corona exacerbe les problèmes des entreprises

De nombreuses
entreprises expliquent leur faillite en pointant du doigt la crise du
Covid-19, mais selon Johan Geeroms, directeur des risques d’Euler Hermes,
il est trop facile de désigner uniquement le coronavirus. D’autres
problèmes sous-jacent existent déjà : dette, concurrence de l’offre en
ligne, cadences de production, du manque de développement de produits liés
à la recherche de nouveaux marchés… « Le coronavirus aggrave les problèmes
 », déclare Johan Geeroms. « En plus de cela, il y a le Brexit, le
protectionnisme croissant et la guerre commerciale entre la Chine et les
États-Unis. Une raison suffisante pour que les entrepreneurs soient prudents
 », ajoute-il.

Dans une seconde étude, Euler Hermes indique qu’en 2020, le chiffre
d’affaires des entreprises européennes du secteur du textile-habillement se
contractera de -19 pour cent. La société déclare qu’il faudra attendre au
mieux 2023 pour que le secteur retrouve ses niveaux d’avant-crise.

Cet article a initialement été écrit pour FashionUnited.nl. Il a été
traduit et édité en français par Julia Garel.

Crédit : FashionUnited



Source link

Autres articles

Jérôme Baku, le styliste des migrants

info mode

Quelles seront les tendances pour les matières de l’automne-hiver 21-22 ?

info mode

Bernard Arnault entre au capital de la holding d’Arnaud Lagardère

info mode

Vente exclusive de tissus Haute Couture et Haute Couture Vintage

info mode

Réduire les voyages inutiles, repenser les défilés… lettre ouverte pour un changement profond de la mode

info mode

Fabienne Lupo abandonne la présidence de la FHH

info mode