mylovehair.com
Infos Mode

quand le luxe investit l’univers du jeu vidéo


Paris – Couvrir son avatar favori du logo d’une marque
prestigieuse ou arborer des Pikachu sur son sac, c’est désormais “fashion”: le
luxe investit l’univers du jeu vidéo pour tenter de mieux séduire la
stratégique “génération Z”, destinée à devenir sa clientèle principale.

Plus qu’un effet de mode, une tendance de fond. Après des partenariats
entre Moschino et “Les Sims”, Louis Vuitton et “League of Legends”, ou encore
Marc Jacobs et Valentino avec “Animal Crossing”, c’est au tour du maroquinier
Longchamp de s’allier avec un acteur important de l’industrie vidéoludique en
lançant une collection atypique avec le célèbre jeu Pokémon Go.

“On a toujours aimé casser un petit peu les codes et surprendre. L’idée,
pour moi, c’était de faire se rencontrer deux mondes complètement différents,
et montrer qu’on peut totalement faire cohabiter l’univers du jeu vidéo avec
l’univers de la mode et notre savoir-faire”, explique à l’AFP Sophie
Delafontaine, directrice artistique de Longchamp.

“On a fait beaucoup de choses avec l’art, le design, l’architecture. Le
gaming, c’est une nouvelle forme d’exploration et de créativité” avec “un
imaginaire hyper fort et une richesse de graphisme”, ajoute-t-elle.
Concrètement, la marque française a produit à l’occasion de la Fashion Week
une ligne de sacs et d’accessoires à l’effigie de Pikachu, l’incontournable
petit personnage jaune de l’univers Pokémon, dessiné pour l’occasion avec une
bombe de jockey, comme un clin d’oeil au logo d’origine de Longchamp.

40 pour cent des achats par la “GenZ” d’ici 2035

Ces modèles, d’un prix allant de 50 à 800 euros, seront aussi proposés en
version virtuelle aux millions de joueurs de Pokémon Go à travers le monde.
Quand il n’y a pas des partenariats avec des éditeurs majeurs comme
Electronic Arts ou Niantic, ce sont les marques de luxe elles-mêmes qui créent
leurs propres jeux mobiles comme Burberry avec l’application “B Bounce”, Gucci
avec “Gucci Arcade” ou Hermès avec “H-pitchhh”.

Au-delà d’une “affinité” grandissante des directions artistiques avec ce
secteur “très créatif”, l’objectif est bien de s’adresser à la cible
stratégique de la génération 15-24 ans “sur les lieux où elle se trouve et
consomme” afin d’engager “une relation qui va au-delà d’un beau visuel”,
estiment les analystes.

Et pour cause, selon une étude du cabinet Bain & Company, la “Génération Z”
née après 1995 devrait réaliser 40 pour cent des achats de produits de luxe d’ici 2035.
“Si on regarde tous les chiffres, la croissance est tirée par la jeune
génération, notamment dans les pays asiatiques, avec un panier moyen qui
augmente chaque année. Il y a donc un intérêt des marques à les toucher par
des biais différents des médias traditionnels qui ne les atteignent plus”,
explique à l’AFP Audrey Depraeter-Montacel, directrice du pôle luxe au cabinet
Accenture.

Asie, terrain de jeu privilégié

Face au bouleversement en cours du profil et des pratiques des clients, “il
y a beaucoup de maisons qui sont dans un enjeu de renouvellement
générationnel” car “le risque principal est d’être ringardisé”, renchérit
Frédéric Gigant, associé au cabinet BearingPoint, expert luxe et expérience
client.

“Or si on arrive à capter ces primo-accédants, on peut vraiment les
fidéliser sur une durée de vie très longue”, ajoute-t-il.
Un positionnement d’autant plus important que c’est en Asie, devenu
“l’épicentre” de la croissance mondiale du marché du luxe, que se trouve le
plus grand nombre de consommateurs de jeu vidéo avec 1,4 milliard de joueurs
payants, contre 668 millions en Europe, selon le cabinet DFC Intelligence.
Tout sauf un hasard si Louis Vuitton a conçu l’an dernier une malle
spéciale pour transporter le trophée du championnat du monde de League of
Legends, compétition d’esport très populaire en Chine et en Corée du Sud.

Autre piste de revenu et de visibilité potentielle pour les marques de luxe
dans le jeu vidéo : “le business des skins”, ces collections virtuelles que
peuvent acheter en ligne les joueurs pour habiller leurs avatars favoris alors
qu’”il y a des gamers prêts à dépenser énormément d’argent pour cela”,
rappelle Frédéric Gigant.

“Aujourd’hui c’est très marginal mais le monde évoluant plus vite qu’on ne
le pense, cela pourrait devenir potentiellement intéressant”, pronostique
Audrey Depraeter-Montacel. (AFP)

Crédit : Unsplash



Source link

Autres articles

Les chaussettes XPOOOS, l’accessoire mode qui compte. Pour de vrai

info mode

Rebellion d’une ex-gendarme par la maroquinerie punk et vegan

info mode

Tentative de suicide d’une femme mannequin détenue par les rebelles au Yémen

info mode

L’enseigne suisse de montres de luxe Bucherer supprime 370 postes

info mode

Pass sanitaire dans les centres commerciaux : les décisions du Parlement

info mode

Gabrielle Chanel, YSL, Dior et les roses… Les cinq expositions mode à ne pas manquer

info mode