mylovehair.com
Infos Mode

que vont faire les commerces fermés avec leur stock de vêtements invendus ?


La troisième fermeture des commerces de vêtements dans de nombreux départements fragilise un peu plus un secteur qui se considère, à l’instar des autres industries créatives, comme un grand oublié des mesures de soutien. La mode, il est vrai, n’a fait l’objet d’aucune mesure spécifique jusqu’à présent malgré son éclatante contribution à l’économie nationale et à l’identité française. Pourtant, le bilan de l’année 2020 est sinistre : la consommation et des exportations de vêtements ont baissé de 15 pour cent.

Plusieurs solutions sont actuellement à l’étude pour répondre à ce
cri
d’alerte de la profession
qui doit faire face à des stocks invendus et
immobilisés. Interrogé sur France Inter ce week-end, le ministre de
l’économie a d’ores et déjà indiqué qu’il avait demandé au ministre délégué
aux PME Alain Griset de trouver des solutions pour les magasins de
vêtements, d’ici la semaine prochaine. Ces solutions s’articuleront autour
de la question fondamentale du trop-plein de stock.

Afin de faire face aux invendus et aux collections qui s’empilent dans
les boutiques, deux pistes sont à l’étude pour compléter l’arsenal existant
et fortifier les nouvelles mesures d’accompagnement : pour rappel, Bruno Le
Maire a d’ores et déjà annoncé l’accès au fond de solidarité pour les
entreprises qui perdent 20 pour cent de leur chiffre d’affaires, contre 50
pour cent précédemment. Le ministre a également annoncé le remboursement de
l’intégralité des charges fixes pour les entrepreneurs qui ont repris un
fonds de commerce en 2020 et qui ont fait des investissements.

Nouvelles périodes de soldes, prêts ou crédits d’impôts ?

La première piste concerne la mise en place d’une période exceptionnelle
de soldes – vraisemblablement avril et mai – qui permettrait aux
commerçants ayant dû fermer leurs portes d’écouler les stocks. Cette
solution ne convient pas à tout le monde : « Je trouve ça aberrant de solder
quelque chose qu’on vient de rentrer, et puis les gens vont s’habituer à
acheter en solde, il ne faut pas. Il y a deux saisons dans l’année : on
doit respecter ces deux périodes de solde sinon notre métier sera mort”
indique ainsi le commerçant Patrick Bellaiche au micro de FranceTV Info.
L’alliance du commerce rappelle quant à elle que les ventes de vêtements
des petits commerces ont chuté de 22 pour cent en février sur un an dans un
contexte de soldes d’hiver qui n’ont pas trouvé leur public. La rentabilité
de cette opération est également questionnée par de nombreux commerçants.

L’autre piste concerne des compensations financières adressées aux
entreprises qui ne trouvent pas leur compte avec les aides issues du fonds
de solidarité. En décembre dernier déjà, rappelons que le gouvernement
avait déjà formulé l’idée de racheter les stocks non vendus des commerçants
après les fêtes avant de décider de décaler le lancement des soldes
d’hiver. Le gouvernement envisage également de mettre en place des crédits
d’impôts en échange de dons : les invendus de vêtements et de chaussures
seraient alors livrés à des associations caritatives. Enfin, le
gouvernement envisage un coup de pouce immédiat afin de financer les
nouveautés. Ce coup de pouce prendrait la forme d’un prêt. Un prêt de plus.

Credit: Pexels



Source link

Autres articles

Boohoo connaissait les mauvaises pratiques de ses fournisseurs

info mode

LVMH fait appel à Weturn pour le recyclage de ses invendus

info mode

« The show must go on »

info mode

Cinq marques de mode qui brillent sur Instagram

info mode

discussion sur le futur du retail

info mode

The Bradery rafraîchit le modèle des ventes privées

info mode