mylovehair.com
Infos Mode

Qui est Sébastien Bazemo, le designer burkinabè qui a habillé Angelina Jolie?


Elle est une star planétaire qui fait la Une de la presse tant pour sa
carrière cinématographique que pour sa vie privée. Angelina Jolie
s’illustre aussi par ses actions humanitaires. La mère de six enfants
est envoyée
spéciale du Haut commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR). C’est
pour accomplir cette mission qu’elle s’est rendue, cet été, au Burkina Faso
pour une visite aux réfugiés maliens du camp de Goudebou, situé dans le
Nord du pays.

Lors de ce séjour, l’actrice américaine est allée au palais de Kosyam,
le palais présidentiel, pour rencontrer le chef de l’État, Roch Marc
Christian Kaboré. Angelina Jolie est arrivée à ce rendez-vous dans une robe
sur-mesure faite avec le tissu Koko Dunda. Une pièce cent pour cent
burkinabè du designer Sébastien Bazemo. Avec plus de 20 ans d’expérience
dans la mode, Sébastien Bazemo a commencé sa carrière en Côte d’Ivoire
avant de rentrer au Burkina Faso, son pays d’origine, en 2004. En 2020, la
maison de mode Bazem’se devient Sébastien Bazemo, s’accompagnant d’une
nouvelle identité de marque. La même année, la maison est lauréate du
programme d’incubation Afrique Créative financé par l’Agence Française de
Développement pour une année dont l’objectif est de s’adresser aux
entrepreneurs afin de maximiser la création d’emplois, la croissance
économique et l’innovation sociale.

« J’ai l’habitude d’habiller la ministre de la Femme, de la Solidarité
nationale, de la Famille et de l’Action humanitaire (Laurence
Iboudo-Marchal, ndlr). Son équipe m’a contacté pour m’informer de la venue
d’Angelina Jolie et m’a demandé de confectionner une tenue pour elle. Au
début, j’ai eu du mal à réaliser qu’il s’agissait bien de l’actrice
américaine! Je n’avais pas d’infos sur ses mesures, sur ce qu’elle aime
mais ils m’ont dit “c’est toi le créateur, tu sauras le faire!”. J’ai fait
des recherches en ligne, cette partie était un peu difficile puisque je ne
l’avais jamais rencontrée. Heureusement pour moi, lorsqu’elle est arrivée
et qu’elle a essayé la robe, tout était parfait. Elle a juste demandé que
l’on retire cinq centimètres au niveau de la longueur. Les mesures
correspondaient, l’actrice a aimé la robe et encore plus lorsque nous lui
avons expliqué l’histoire de ce tissu », se souvient le créateur.

Koko Dunda, un tissu pas comme les autres

Ce tissu, c’est le Koko Dunda qui signifie « l’entrée de Koko » en
dioula (langue mandingue, parlée dans certains pays d’Afrique de l’ouest,
ndlr). Il y a encore quelques années, ce pagne burkinabè était négligé par
la population car il avait une connotation négative. Sébastien Bazemo fait
le pari, en 2016, de proposer une collection mettant à l’honneur cette
étoffe traditionnelle : « En tant qu’africain, nous avons notre propre
identité, nos cultures, nos tissus etc. Au Burkina Faso, nous faisons
partie des pays cultivateurs du coton donc j’ai voulu m’intéresser à nos
richesses locales. Je suis allé au fin fond des villages et j’ai découvert
ce pagne. Je voyais les vieilles femmes le porter et j’ai voulu en savoir
plus sur son histoire. Ma mère m’a raconté qu’à l’époque, les cultivateurs
l’offraient à leurs femmes car ils n’avaient pas assez de revenus. Le pagne
portait le nom “ tchê te bara la” qui signifie en français “mon mari ne
travaille pas”. C’était pratiquement une injure d’offrir ce pagne en
cadeau. Moi j’ai aimé le tissu et j’ai voulu l’utiliser dans mes créations »
.

Par la suite, il propulse le Koko Dunda sur les podiums de mode
internationaux en repensant motifs, couleurs et matières. Il le renomme en
hommage aux artisanes du quartier de Koko, à Bobo-Dioulasso, d’où il est
originaire : « J’ai voulu changer le nom du pagne, j’ai observé que c’est
dans la ville de Bobo-Dioulasso que le pagne était plus fabriqué et pour
rendre hommage à ces femmes du quartier de Koko à Bobo Dioulasso, je l’ai
appelé “Koko Dunda”. Après le premier défilé que j’ai organisé, toute la
presse parlait de ce tissu et tout le monde le voulait. Je ne me suis pas
arrêté là, j’ai voulu habiller des personnalités, j’ai proposé au Président
de la République et son épouse de le porter. Il y a eu d’autres
personnalités comme le chanteur congolais Fally ipupa, l’ivoirien Meiway et
également des ministres. J’ai aussi pu confectionner une tenue dans ce
pagne pour la princesse Charlène qui était en visite au Burkina Faso. À
l’époque, il était vendu entre 600 ou 1000 FCFA (moins de deux euros),
aujourd’hui il coûte 15000 FCFA (22,86 euros) », raconte le créateur.

À l’instar du Faso Dan Fani, tissu emblématique du Burkina, le Koko
Dunda a aussi été labellisé, en ce mois de septembre. Ce pagne fait
désormais partie de la culture Burkinabè.

Crédit : Sébastien Bazemo



Source link

Autres articles

célébration de la beauté et de la mode ivoirienne

info mode

En pleine pandémie, la mode cherche un modèle vertueux

info mode

FALKE automne/hiver 2021/2022: Bébé et enfants

info mode

recette à succès pour une paire de baskets

info mode

c’est peut-être un détail pour vous…

info mode

Prada rouvre son usine en Toscane

info mode