mylovehair.com
Infos Mode

Y a plus de saisons !


Saint Laurent, qui avait annoncé quitter le calendrier officiel de la Paris Fashion Week en avril 2020, a fait son retour le 28 septembre.

Il fut un temps, pas si lointain, où les choses étaient plutôt claires et efficaces. En septembre, les maisons de mode présentaient leurs collections féminines pour l’été à venir, tandis que les lignes hivernales étaient montrées en mars. Les collections masculines avaient également leur pré carré dans le calendrier : en janvier et en juin, tout comme les collections de haute couture, en janvier et en juillet.

Un système mis en place par la Fédération de la haute couture et de la mode dès 1973, dont le coup d’envoi est donné avec l’évènement baptisé « La Bataille de Versailles » : cinq créateurs français – Yves Saint Laurent, Emanuel Ungaro, Christian Dior (à l’époque mené par Marc Bohan), Pierre Cardin et Hubert de Givenchy – et cinq designers américains – Anne Klein, Halston, Oscar de la Renta, Bill Blass et Stephen Burrows – rivalisant d’audace lors d’une grande soirée caritative organisée au château de Versailles.

Les semaines de la mode se sont ensuite progressivement structurées et organisées dans les grandes capitales de la mode, New York, Londres et Milan. Mais ça, c’était avant. Avant quoi ? Que certaines marques décident de la jouer solo, de montrer leurs collections quand cela leur chantait. L’un des premiers à s’affranchir des règles fut Azzedine Alaïa. « La collection sort quand elle est prête. Depuis longtemps, je dis que cette surenchère de défilés est mauvaise pour la création. Personne n’a autant d’idées par saison », confiait-il au Monde, en 2016.

Vendre de l’hiver en hiver et de l’été en été

Ces dernières saisons, de plus en plus de labels ont pris cette liberté, tout en faisant parfois le choix de fusionner leurs lignes féminines et masculines sur un même podium. Lors de la dernière édition de la semaine de la mode new-yorkaise, début septembre, de nombreux grands noms manquaient ainsi à l’appel : Ralph Lauren, Tommy Hilfiger, Marc Jacobs… A Londres, Burberry a fait le choix de présenter sa collection lundi 27 septembre, une semaine après la clôture de la fashion week londonienne.

En mai 2020, la maison Gucci a quant à elle annoncé renoncer à la fashion week milanaise pour présenter deux collections annuelles, à des dates indéfinies. La prochaine collection devrait être dévoilée en novembre à Los Angeles. Cette saison parisienne printemps-été 2022, qui a débuté lundi 27 septembre, se fera notamment sans Celine ni Mugler, qui présenteront plus tard, à un moment jugé opportun. A l’inverse, Saint Laurent, qui avait annoncé quitter le calendrier officiel en avril 2020, effectue son retour sur les podiums, le mardi 28 septembre.

Ces défections s’inscrivent dans une réflexion plus large sur le rythme effréné de la mode, la production et la surconsommation de vêtements. Le créateur Belge Dries Van Noten a pris la parole en mai 2020 à travers une lettre ouverte signée par plusieurs de ses pairs – Marine Serre, Joseph Altuzzara, Tory Burch… – demandant à rationaliser le calendrier officiel, à réduire le nombre de soldes pratiqués par les marques et à adapter la commercialisation des vêtements en accord avec la réalité des saisons : vendre de l’hiver en hiver et de l’été en été. La crise sanitaire, qui a obligé les maisons à se réinventer à travers des vidéos, a ouvert, elle, de nouvelles perspectives.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Réduire les voyages inutiles, repenser les défilés… lettre ouverte pour un changement profond de la mode



Source link

Autres articles

l’Alliance du Commerce plaide pour le maintien du calendrier

info mode

Attac peint en noir la Samaritaine pour dénoncer les milliardaires

info mode

Fragilisée par la crise du Covid-19, l’enseigne Celio va fermer 102 magasins en France

info mode

l’avenir appartient aux pièces de mode hybrides

info mode

Mis à l’amende, Alibaba plonge dans le rouge

info mode

Made in France revampé pour son retour le 1er et 2 septembre

info mode