mylovehair.com
Infos Mode

Zalando s’implique avec un rapport didactique et pédagogique


Zalando a publié en mars dernier son premier rapport d’étape sur le développement durable. Dans la foulée, la plateforme de mode européenne vient de présenter son étude ciblée sur les comportements des consommateurs face aux thématiques responsables.

Celle-ci s’attache notamment à identifier les écarts, les contradictions, entre les comportements réels et les déclarations d’intentions des consommateurs. Pour la France, un indicateur illustre bien ce « gap » : 62 pour cent des consommateurs français plébiscitent la transparence des marques sur les progrès qu’elles doivent encore accomplir en matière de durabilité. Et si 65 pour cent des acheteurs français considèrent désormais la durabilité comme un critère important dans leurs choix de vie au quotidien, ils sont malgré tout encore 31 pour cent à privilégier une bonne affaire au détriment d’un article responsable quand ils font du shopping mode. Avec souvent, malgré tout, « un sentiment de culpabilité » pour la grande majorité d’entre eux.

Zalando s’est penché sur ce fossé. L’étude, menée auprès d’un panel de 2500 consommateurs en France, en Allemagne, en Italie, en Suède et au Royaume-Uni s’est appuyée sur des contributions de marques-enseignes mondialisées comme Adidas et H&M, ainsi que des associations faisant autorité en la matière (Global Fashion Agenda, Sustainable Apparel Coalition…)
Le site de mode a dégagé une douzaine de facteurs clés jouant un rôle dans les comportements d’achats (prix, fabrication…) et propose in fine une dizaine de recommandations à destination de l’industrie de la mode, jeunes marques comme géants du secteur. Autant de bonnes pratiques « simples » et claires à mettre en œuvre. Guides et renvois à des organisations spécialisées à l’appui.

Parmi les préconisations, trois priorités : le secteur de la mode doit regagner la confiance du public par une communication simple, transparente et convaincante. La filière doit aussi jouer un rôle moteur pour motiver des changements de comportement, et enfin elle doit mettre en œuvre des solutions de circularité à grande échelle.

La clarté et la simplicité du discours font partie des incontournables que les marques doivent prendre en compte si elles veulent être entendues par leurs clients : « Parler un langage de durabilité que tout le monde peut comprendre. » Cette recommandation se base sur le constat, après étude, qu’un consommateur sur deux ne comprend pas ce que signifie la durabilité dans le contexte de la mode. C’est le cas pour 51 pour cent des consommateurs français interrogés », relève Kate Heiny, Directrice de la durabilité chez Zalando . « Des graphiques et un langage clairs sont essentiels pour répondre à des questions telles que quelles mesures la marque prend-elle pour améliorer ses performances sociales et environnementales », relève notamment Amina Razvi, directrice générale de Sustainable Apparel Coalition.
Il s’agit de faire adhérer les clients aux objectifs prioritaires que la marque s’est fixée dans ses efforts durables : si le choix d’une marque se porte sur la réduction des plastiques, il s’agit de le faire savoir dans les points de contacts appropriés, boutiques, sites…

Autre levier fort, la lutte contre le surstockage et l’optimisation des flux grâce à une meilleure planification et à des capacités opérationnelles rationalisées. La data et l’IA sont évidement des alliés indispensables dans ce domaine. « Les leaders de l’industrie ont une excellente occasion de réaligner la saisonnalité de la mode et d’évaluer la durée de vie des collections. » souligne à ce propose Morten Lehmann, directeur du développement durable, Global Fashion Agenda.

Zalando

Il s’agit aussi de stimuler la conversion des achats sur des produits durables avec des facteurs de motivation tels que la qualité et l’ajustement. Le merchandising est alors crucial pour positionner les produits durables autour de ces avantages. Par exemple, mettre en évidence les avantages de qualité du coton biologique et communiquer sur le «coût par usure» pour montrer le rapport qualité-prix. Présenter les produits comme des investissements qui résisteront à l’épreuve du temps.

Autre défi, et de taille, intégrer la circularité tout au long du cycle de vie du produit et investir de plus en plus en plus dans la seconde main.

En réponse à ces conclusions et recommandations, Zalando lance une nouvelle expérience de navigation sur son site : les consommateurs peuvent désormais parcourir les articles en fonction des valeurs qui leurs tiennent à cœur, comme la préservation de l’eau, l’impact social, la réutilisation des matériaux, le bien-être animal, la réduction d’émissions ou encore la seconde main.

David Schneider, co-PDG de Zalando, l’a rappelé à l’occasion de la publication un objectif : un quart du volume d’affaires provenant de produits plus durables, à l’horizon 2023.
Plus que jamais, les multinationales de la mode sont contraintes au grand écart : faire œuvre durable tout en continuant à se développer. Le cas, parmi tant d’autres, de Zalando, qui vise un chiffre d’affaires de 30 milliards d’euros d’ici 2025.



Source link

Autres articles

qui va racheter Condé Nast ?

info mode

Paris Fashion Week, un vivier de jeunes talents

info mode

Zalando, Sustainable Apparel Coalition et Higg Co présentent une nouvelle norme mondiale de durabilité

info mode

Le groupe LVMH mise sur l’inclusivité et la diversité

info mode

Roh Kyeongeoun remporte le concours mis en place par Leonard et Istituto Marangoni

info mode

A la recherche du luxe moderne dans une exposition à Paris

info mode