mylovehair.com
Coiffure

Que faut-il savoir sur le shock loss ?

Dans une société où les cheveux sont considérés comme un véritable atout de beauté, personne ne souhaite souffrir d’une maladie capillaire. En effet, presque tout le monde veut avoir un look poilu et élégant. Malheureusement, ce n’est pas toujours le cas. Parfois, certaines personnes se voient confronter à des problèmes qui font qu’elles ont recours à la greffe de cheveux. Si cette solution permet souvent de rectifier le tir, elle n’est pas sans inconvénient. Parmi ses effets indésirables les plus fréquents, nous avons le shock loss. Découvrez ici des informations utiles sur ce phénomène.

Qu’est-ce que le shock loss ?

Encore connu sous l’appellation de « perte réactionnelle », le shock loss est un effet passager qui survient après une greffe de cheveux. En général, ce problème est lié au traumatisme des tissus et au processus de cicatrisation des plaies provenant de la chirurgie capillaire. En effet, après extraction des follicules pileux, ceux-ci sont gardés à l’extérieure pendant quelques heures. Par conséquent, ils s’affaiblissent et favorisent ainsi la perte des cheveux greffés. Vous pouvez consulter cet article sur les greffes capillaires pour en savoir davantage sur le déroulement de l’opération.

Selon le cas, les causes d’un shock loss peuvent provenir de la zone de l’incision ou de la zone où les nouvelles greffes ont été posées. De façon générale, la chute de cheveux autour de l’incision prend environ 1 à 2 cm de chaque côté. Chez certains patients, ce problème concerne un patch plus petit. À noter que tout dépend de la technique utilisée. Dans le cas d’une greffe FUE par exemple, l’excrétion dans la zone donneuse est souvent un patch large. Par contre, l’excrétion dans la zone receveuse est diffuse.

Parfois, une excrétion généralisée peut être nécessaire. Elle est souvent associée à des interventions plus importantes qui nécessitent une anesthésie générale. Précisons qu’elle est moins fréquente avec la greffe du cuir chevelu. Dans la plupart, la perte réactionnelle est causée par une combinaison de différents facteurs. Ceux-ci incluent :

  • La perturbation temporaire de l’approvisionnement en sang au cours de la chirurgie,
  • L’inflammation locale des tissus ;
  • Le cycle « chute-repos-repousse » du cheveu.

Certes, le shock loss est un phénomène étrange. Mais, vous n’avez pas à vous inquiéter. En effet, les racines restent bien à l’intérieur de la peau et la chute des cheveux est temporaire. Après cette phase, vos cheveux commenceront à repousser de façon progressive. D’après un sondage, le shock loss concerne plus les femmes que les hommes. Heureusement, il existe des mesures permettant d’atténuer son ampleur, peu importe le genre.

Le shock loss est-il permanent ?

C’est la question que se posent généralement ceux qui envisagent de faire une greffe de cheveux. Ils sont pour la plupart réticents à l’idée de subir un éventuel problème capillaire après l’opération. La bonne nouvelle, c’est que le shock loss ne se produit que chez très peu de patients. En outre, ce problème est une condition temporaire.

Précisons cependant qu’il peut provoquer un stress psychologique important. C’est d’ailleurs pour cette raison qu’il est conseillé d’échanger avec votre chirurgien avant de vous lancer dans un tel traitement. En posant les bonnes questions à votre praticien, vous pouvez réaliser une greffe de cheveux Turquie dans les meilleures conditions.

Pourquoi le shock loss se produit-il chez certains patients ?

Malgré les avancées scientifiques de ces dernières années, il est encore difficile de savoir avec précision ce qu’est la cause de la perte des cheveux après une greffe capillaire. On sait cependant que le shock loss provient parfois de cheveux en phase de régression ou de miniaturisation. De même, une mauvaise pratique peut provoquer une perte de cheveux. En utilisant des instruments obsolètes ou non adaptés, le chirurgien peut couper la racine des cheveux, empêchant ainsi leur repousse. C’est pour cette raison que vous devez vous assurer des compétences du praticien avant de le laisser intervenir sur vos cheveux.

En général, lorsque la zone receveuse est encore partiellement fournie en cheveux, les risques de shock loss sont plus grands. En effet, un geste malencontreux de la part du praticien suffit pour endommager la racine des follicules voisins. À noter que les incisions non précises et l’implantation hasardeuse de follicules sont également des causes potentielles de perte des cheveux postopératoire. Chez certains patients, une implantation trop serrée de follicules (Dense Packing) peut augmenter les risques de shock loss. D’ailleurs, les spécialistes disent qu’on crée une perte de cheveux supplémentaire en cherchant à obtenir de grandes densités dans des zones encore fournies.

Outre ces éléments, il existe d’autres raisons pouvant expliquer le shock loss. Au nombre de celles-ci, nous pouvons citer :

  • Le traumatisme chirurgical du cuir chevelu ;
  • Les injections pendant la chirurgie ;
  • L’interruption du flux sanguin ;
  • La tendance naturelle des cheveux à réagir aux changements ;

Les risques liés à une greffe capillaire sont divers et nombreux. Cependant, il est possible d’éviter les complications en choisissant un chirurgien qui possède une expérience significative dans le domaine. Vous pouvez compter sur Hair Turkey Implant Capillaire pour une greffe de cheveux réussie.

Shock loss : après combien de temps repoussent les cheveux ?

Après une greffe capillaire, les gommages cutanés tombent au bout de 10 jours. Pendant cette période, vous aurez l’apparence de cheveux souhaitée. Seulement, cet effet ne dure pas longtemps. En effet, les cheveux commencent à tomber entre le 15e et le 20e jour après l’opération. Dans certains cas, cette chute s’intensifie entre le 25e et le 30e jour. Très souvent, elle dure environ deux mois. Précisons toutefois que l’intensité de la perte de cheveux varie légèrement d’une personne à une autre. Si certains subissent une chute partielle, d’autres perdent carrément presque tous les cheveux. Heureusement, le problème est rarement permanent.

Dans la grande majorité des cas, un shock loss est toujours temporaire. En d’autres termes, les cheveux finissent par repousser progressivement au bout d’un temps. D’après un sondage auprès des patients, la repousse connait parfois un retard. Mais en général, les nouveaux cheveux de transplantation apparaissent après environ 4 mois. À noter que le retour à la normale peut prendre jusqu’à 18 mois. Pendant cette phase, la patience du patient est d’une importance capitale. Sans cette vertu, vous serez tenté de faire des choses que vous pourriez regretter plus tard.

Comment prévenir le shock loss ??

Le mécanisme du shock loss est méconnu et donc difficile à prévenir. Néanmoins, il existe des pistes permettant de limiter son ampleur. Avant tout, il est conseillé de choisir un chirurgien compétent qui possède beaucoup d’expérience dans le domaine de la chirurgie du cuir chevelu. Ce choix permet en effet d’assurer le bon déroulement de l’opération et de réduire les facteurs susceptibles de contribuer à la perte de cheveux après la greffe. Dans la mesure du possible, demandez à voir des études de cas et des références. Assurez-vous également que votre praticien possède la certification appropriée.

Lorsqu’il possède les compétences nécessaires, un chirurgien peut empêcher ou limiter les risques de shock loss. Pour ce faire, il peut avoir recours à diverses techniques. Selon le cas, il peut vous prescrire du minoxidil, un médicament utile pour prévenir le risque de perte de cheveux après une greffe capillaire. Dans certains cas, le finastéride est recommandé. Il s’agit en effet d’un médicament anti-androgène destiné à être utilisé en phase postopératoire pour réduire la miniaturisation des follicules de cheveux situés près de la zone d’implantation des greffons (zone receveuse).

L’autre manière de prévenir le shock loss est d’éviter d’exercer une forte pression sur le cuir chevelu. En effet, les traumas du cuir chevelu forcent l’entrée en phase télogène des follicules de cheveux et parfois de façon prolongée. Ce problème se produit souvent lorsque l’intervention est mal faite. En général, les professionnels spécialisés dans l’extraction d’unités folliculaires savent qu’il est important de préserver l’intégrité des zones de traitement pour faciliter la repousse des cheveux. Mais, par manque de professionnalisme et de compétence, certains praticiens endommagent ces zones pendant la greffe. C’est ce qui favorise la chute des cheveux.  

Certes, il est impossible de réaliser une greffe capillaire sans le moindre dommage. Cependant, un chirurgien bien formé peut aider à minimiser le taux de transection. En effet, ce terme désigne une situation dans laquelle les structures internes des follicules de cheveux sont sérieusement endommagées au point de ne pas pouvoir être restaurées plus tard. Dans ce cas, on assiste souvent à une perte définitive de cheveux. Pour éviter d’en arriver là, optez pour un chirurgien qualifié. Grâce à son expertise, ce dernier peut réaliser un rasage total de la zone d’implantation avant de procéder à la greffe dans des zones encore garnies. Cette démarche lui permet de mieux voir les espaces disponibles ainsi que les angles des cheveux existants pour faire une intervention précise. Ainsi, le risque de shock loss est considérablement minimisé.

Le shock loss est un phénomène inévitable lorsqu’il s’agit de faire une greffe de cheveux. Cependant, certaines précautions permettent de limiter son intensité et de favoriser une repousse rapide des cheveux. N’hésitez pas à contacter une équipe dynamique et compétente pour en savoir davantage sur le fonctionnement de cette procédure afin de profiter d’un traitement qui répond exactement à vos besoins.  

Autres articles

Comment lisser vos cheveux ?

administrateur

Conseils pour le soin des cheveux et des ongles

administrateur

Utilisez des prothèses capillaires pour votre bien-être

Journal

Quels sont les avantages de l’utilisation du durag ?

Emmanuel

Shampoing : comment choisir celui qui vous conviendra le mieux ?

Emmanuel

A quelle fréquence faut-il aller chez le coiffeur ?

clara.verschaere@eskimoz.fr